Grand Trek du Verdon -1ère Partie

Force est de constater que, près de sept ans après, mon périple à travers le Verdon fait régulièrement des émules. Et c’est tant mieux ! Remonter la fameuse rivière, de ses sources à son embouchure, est une véritable petite aventure qui dispense de purs moments de randonnée dans des paysages d’une extrême variété. Imaginez : un démarrage au coeur des montagnes du Mercantour qui va s’achever, quelques 174 kilomètres plus loin, dans la Provence de la Durance, après avoir traversé l’incroyable Grand Canyon du Verdon. Entre ces énormes repères, des passages plus confidentiels et moins connus des marcheurs qui donnent un sens et une identité à ce tracé. Un tracé, je le rappelle, non officiel : il ne s’agit ici pas d’un GR® balisé mais bien d’une réalisation personnelle empruntant, parfois, à des sentiers de grande et de petite randonnée existants. Je vous livre ici une synthèse de cette itinérance, en forme de guide pratique à l’usage de celles et ceux qui souhaitent l’effectuer à leur tour.

Difficulté : moyen à difficile | Longueur : 130km | Durée : 6 jours | Dénivelé : env.6000m

Tout commence dans le Mercantour

Pour celles/ceux qui veulent vraiment démarrer dès la première goutte, ça se passe au-dessus de la Foux-d’Allos, dans le département des Alpes-de-Haute-Provence. Votre première aventure sera peut-être de trouver comment vous rendre là-bas !

Se rendre à la Foux-d’Allos

Dans tous les cas, en voiture ou en train, il faudra vous rendre d’abord à Digne (voici les horaires actuels si, au préalable, vous arrivez depuis l’aéroport de Marseille ou la gare d’Aix TGV ). Depuis Digne, il vous faudra prendre le train des Chemins de Fer de Provence jusqu’à la gare de Thorame-Haute. Je vous mets les horaires pour que vous puissiez vous organiser. A partir de la gare de Thorame, des bus assurent ensuite la liaison en direction du Val d’Allos. L’offre d’hébergement est assez large sur place, je n’ai pas de recommandation particulière à vous faire et je vous laisse choisir votre bonheur sur le site de l’Office de Tourisme du Val d’Allos. A moins que vous ne préféreriez aller bivouaquer quelque part près du Verdon naissant, histoire d’être au plus près de l’aventure à venir.

Se rendre aux Sources du Verdon : 450m – 3km (aller)

Une fois à la Foux-d’Allos, direction, à pied, le col de Sestrière, qui ferme la vallée au nord. C’est d’abord la même direction que le col d’Allos, qu’on quitte dès le premier lacet, après les derniers bâtiments de la Foux. Il faut alors suivre une piste desservant les cabanes et bergeries de Sestrière. Un sentier démarre au bout de celle-ci, après la cabane. C’est dans ce grand versant, essentiellement sur la gauche du sentier, que se situent les sources du Verdon. Il n’y en a pas une en particulier. Tous ces petits trous d’eau qui sortent du sol en glougloutant constituent « les » sources. En se réunissant plus bas et en convergeant ensemble vers la vallée, elles sont LA source de la future grande rivière qui entaillera, beaucoup plus en aval, le Grand Canyon du Verdon. C’est le départ symbolique de l’aventure, qui s’effectue en aller-retour depuis la Foux-d’Allos.

Le vallon de Sestrières, avec la station de la Foux d’Allos dans le fond : le berceau du Verdon, là où l’aventure jaillit.

Etape 1 : Foux d’Allos – Allos (700m – 17km)

A la sortie de la Foux-d’Allos, j’ai emprunté la passerelle sur le Verdon naissant – qui creuse ici, déjà, une belle petite entaille – pour suivre un petit sentier remontant vers la Cabane de la Selette (1). Il rejoint le GR® de Pays effectuant le Tour du Haut-Verdon. C’est une belle section de moyenne montagne, ondulant quelques 500 mètres au-dessus du Verdon. On franchit la crête de la Montagne de Rougnouse (2), juste en-dessous du sommet du Mourre Gros, avant d’entamer la descente vers le Seignus et Allos, qu’on rejoint par la variante du GR® de Pays à l’intersection de la Route Forestière de Valdemars (3).

Etape 2 : Allos – Lac d’Allos (900m – 9,5km)

Il faut quitter Allos par le sentier balisé aux couleurs du GR® de Pays ou du GR®56B, même combat. Une entreprise d’assez longue haleine qui remonte patiemment le vallon du Chadoulin jusqu’au plateau de Laus, d’abord, terminus des voitures, puis jusqu’au lac d’Allos proprement dit, le plus haut lac naturel d’altitude d’Europe  (4).

A mon avis, il n’est pas raisonnable de poursuivre au-delà du lac dans la même journée. A moins d’avoir le goût des marches de forcenés, rejoindre Colmars – prochain hébergement – sera épuisant et donc sans intérêt. Mieux vaut profiter de cet endroit superbe, quitte à se programmer un tour du lac ou des excursions sur les hauteurs de celui-ci. Pour info, les images que vous voyez dans le reportage ont été tournées dans le secteur du Pas de Liausson où j’avais choisi de bivouaquer. Super coup d’oeil sur le lac ! Et des chamois aux aurores ! Au passage, je rappelle qu’on évolue ici dans le Parc National du Mercantour : appliquez la règlementation relative à celui-ci, notamment concernant les bivouacs. Si vous n’avez pas opté pour l’option tente, votre nuit se passera au refuge.

Etape 3 : Lac d’Allos – Colmars-les-Alpes

Du Lac d’Allos à la route forestière du Ratery : 11,5 km – 660m

On poursuit par le GR® de Pays qui franchit le col de l’Encombrette (5), au sud du lac d’Allos, un très chouette passage ceci dit en passant. On bascule de l’autre côté en passant par les petits lacs de l’Encombrette puis par le Pas de l’Echelle. A noter la présence d’une cabane ONF au niveau des lacs (6) : cette cabane est habituellement réservée à l’estive entre la mi-juin et début septembre. En dehors de cette période c’est une option pour passer la nuit. Bon à savoir, non ? Plus bas, à l’intersection des Costes, descendre à gauche, franchir, tout en bas, le ravin des Clignons, puis remonter sur l’autre versant et atteindre la route forestière du Ratery et son espace pique-nique (7).

De la route forestière du Ratery à Colmars : 6km – 250m

Il faut suivre la route forestière à droite jusqu’à croiser la route départementale au niveau d’un pont. La suivre, à nouveau elle aussi, à droite et, une centaine de mètres plus loin, au niveau d’un parking, monter à gauche par le sentier de la Chapelle Saint-Jean (8). Atteindre l’édifice, le dépasser, continuer à monter puis poursuivre sur le sentier en forêt, à flanc, puis en descente jusqu’à l’intersection du Bois de la Colletta. Partir à gauche, franchir le ravin du Chastelas une première fois, puis du Préchaire, puis du Chastelas, plus bas, une seconde fois. Continuer tout droit pour rejoindre Colmars-les-Alpes.

Variante pour Colmars en direct : il est possible de rejoindre Colmars plus vite, en continuant un moment par la route départementale et en évitant la chapelle Saint-Jean. Il suffit de suivre les balises du GR® de Pays ou du GR® 52A qui tracent directement sur le village.

Variante directe pour Colmars depuis Allos : il est possible de rejoindre Colmars sans passer par le lac d’Allos. Notamment en cas de mauvais temps. Il suffit de remonter à l’intersection de la Route Forestière de Valdemars et de poursuivre par le GR® de Pays qui fait le Tour du Haut-Verdon.

Etape 4 : Colmars-les-Alpes – Beauvezer

De Colmars au sommet du Laupon : 6,5km – 1230m

De Colmars, le plus esthétique est de rejoindre la Cascade de la Lance (9). Lors de mon passage, cependant, l’accès était interdit et j’avais dû revenir sur mes pas, franchir la rivière et emprunter finalement le tracé du GR® de Pays en direction du Champ de la Bravaïre. Mais bon, je vous parle de ça, c’était en 2011 quoi ! Depuis, je l’espère, les aménagements auront été réalisés et vous pourrez à nouveau rejoindre la cascade, en profiter, et poursuivre par le sentier et la passerelle vers les sources Chaumaïre (10). Là, en farfouillant en rive gauche, vous devriez dénicher un chemin qui remonte sur le versant et rejoint le tracé du GR® de Pays au niveau d’un lacet. Il restera à le suivre à gauche pour recouper la piste forestière, la traverser et poursuivre au-dessus, par une autre piste forestière, jusqu’à l’intersection du Champ de la Bravaïre (11).

Impossible de passer à Colmars-les-Alpes sans faire un crochet par la Cascade de la Lance, petit havre de fraîcheur en plein été.

A cette intersection, partir à gauche et, après le premier lacet de la piste, la quitter à gauche par un petit sentier qui monte vers les cabanes de Monier et la Pluhautière. A cette nouvelle intersection suivre la direction les Crouès où le sentier se divisera en deux. Suivre le chemin de droite, en direction du sommet du Laupon (12).

Du sommet du Laupon à la chapelle Saint-Pierre : 10km

Depuis le sommet du Laupon, mon idée était de rejoindre le col de Cougouyon, sur l’arête sud-ouest (13), en traçant à travers champs. C’est quelque chose qui se fait bien, dans des espaces assez bien ouverts, ce qui permet de tirer un azimut facilement. Au départ, il faut arrondir un peu au nord du sommet, pour contourner un groupe d’arbres, puis on revient rapidement sur la crête, bien marquée, qu’on suit en ligne – presque – droite jusqu’au col où on retrouve un PR jaune. Il faut, de là, prendre à gauche et arrondir le long du grand vallon de Chabanal. C’est une partie très belle et sauvage qui file sur les strates minérales, à l’aplomb du versant sud du Laupon. Après le ravin de la Fontaine, le chemin s’infléchit sud-ouest, passe la petite prairie de la cabane de Chabanal (14), et rejoint une intersection sur l’autre versant. Il faut prendre à droite, tirer à flanc sous le Serre de l’Aï avant de plonger vers le ravin de Saint-Pierre où on retrouve une intersection (15). Il faut poursuivre à droite, par le ravin, pour entrer dans les Gorges de Saint-Pierre. C’est un endroit étonnant, pas du tout connu du grand public. Un spectacle magnifique pour conclure cette étape dense. J’ai vraiment a-do-ré ce passage. Les images de la vidéo parlent d’elles-mêmes. C’était vraiment une super surprise. A la sortie des gorges, au niveau de la Chapelle Saint-Pierre (16), on retrouve une piste.

A l’abri dans le Haut-Verdon, les Gorges de Saint-Pierre cachent bien leur secret aux promeneurs. C’est une des pépites incontournables de cet itinéraire, à faire absolument.

A partir de ce point, celles et ceux qui n’ont pas de tente devront se rendre à Beauvezer pour le dodo, soit environ 3,5 km et 1h15 de marche en rab. Ceux/celles qui ont le matos de bivouac pourront, comme moi, se poser à l’arrache à la chapelle. Le lieu est plutôt sympa, je trouve, et surtout d’un calme religieux ! Prévoir de l’eau cependant. Pour celles/ceux qui veulent poursuivre, n’allez pas plus loin que Ondres qui est déjà à 4km et rajoute 200m de dénivelé à la journée. Sachez que ce secteur est agricole et que la plupart des prés que vous croiserez, aussi accueillants soient-ils, appartiennent à quelqu’un. Or, malheureusement, en France, les fermiers et agriculteurs voient d’un mauvais oeil les tentes fleurir l’espace d’une nuit dans leurs champs. Pensez-y si l’idée vous venait à l’esprit d’y planter une sardine !

Etape 5 : Beauvezer – La Colle Saint-Michel

De la chapelle Saint-Pierre à Thorame-Haute : 10km – 275m

C’est une étape de transition, plus banale après le Mercantour, Allos et les Gorges de Saint-Pierre. Depuis la chapelle, on revient sur le chemin et on prend la direction du hameau de Villars-Heyssier. Dans un coude à droite de la route, en arrivant au village, on s’échappe à gauche par un chemin qui s’en va rejoindre le Plan, plus bas. On emprunte le chemin carrossable à gauche pour franchir le torrent puis, un peu plus loin, on monte à gauche par un sentier qui s’en va rejoindre le hameau de Ondres (17). Pas la peine d’aller dans le centre du village : lorsqu’on rejoint la piste forestière, en-dessous de celui-ci, il faut basculer directement à droite par la piste, en continuant de suivre les balises du GR® de Pays. C’est dans le premier lacet en-dessous qu’on abandonne le GR® de Pays. Il faut poursuivre par la piste, plus monotone, pour viser et traverser la passerelle enjambant le Verdon (18), en bas, dans la vallée. De là on atterrit sur la route départementale et on la suit, à gauche, en direction de Thorame. Peu après le camping de Font Chaude, on suit la route à droite qui va vers le centre du village.

Les paysages du Haut-Verdon tels qu’ils se dévoilent entre Beauvezer et Saint-André-les-Alpes, comme ici, dans le secteur de Thorame-Haute

De Thorame-Haute à la Colle-Saint-Michel : 12km – 760m

Passer devant l’église Saint-Julien-Martyr et tourner immédiatement à gauche. Au Y suivant, suivre à droite et enjamber le Riou. On trouve la D52 qu’on suit à gauche. A la sortie du lieu-dit Collet des Fourches (19), on retrouve un tracé de GR® de Pays : c’est celui qui fait le tour du Haut-Verdon mais également la Traversée des Préalpes du Sud. On va le suivre : après un moment, il traverse le Verdon, coupe la départementale et escalade le versant d’en face. Il coupe une nouvelle départementale au niveau d’un petit pont. Suivre la route quelques mètres à droite puis partir par un sentier, à gauche, qui monte sous les pentes sud du sommet du Clot Roussin. A 1640m, on croise une piste forestière. La suivre, à droite, jusqu’au refuge de la Colle Baudet (20) (refuge privé), le dépasser et poursuivre par le balisage jaune jusqu’à la prochaine intersection, au niveau d’un petit col forestier. Ignorer ce qui part, à gauche, en direction de Peyresq et poursuivre, à droite, en direction de la Colle-Saint-Michel et de son gîte.

Variante directe pour Saint-André-les-Alpes

Bon à savoir. Il y a moyen d’atteindre Saint-André-les-Alpes dans la journée, à condition de ne pas se louper avec l’horaire du train. Il suffit, après avoir passé le lieu-dit le Coulet des Fourches, après Thorame-Haute, de ne pas traverser le Verdon. Au lieu de ça, environ 800m après avoir passé le Coulet en question, il faut prendre un sentier qui grimpe à droite, dans le versant, en direction de la Croix de Cordeil. A 1328 mètres (sur l’IGN) on laisse ce sentier jaune pour filer à gauche, passer la crête et redescendre assez vite en direction du Verdon. Tout en bas, le sentier coupe le ravin du Touton et rejoint la voie ferrée, qui sort d’un tunnel. Il suffit – prudemment – de suivre celle-ci pour arriver à la gare de Thorame-Haute et attraper le train de 15h12 ou de 19h32 pour Saint-André-les-Alpes. Les horaires sont à retrouver ici.

Etape 5 : La Colle Saint-Michel – Saint-André-les-Alpes

Il y a plusieurs façons d’envisager de rejoindre Saint-André-les-Alpes et la zone des grands lacs. Je vous les dévoile dans cette partie.

La plus proche du Verdon (itinéraire rouge)

De la Colle-Saint-Michel à Allons : 13,5km – 450m

Pour rester « sur le fil » du Verdon, il faut, depuis la Colle-Saint-Michel, redescendre dans la vallée du Verdon. Pour ce faire, il suffit de suivre le tracé du GR® de Pays Tour du Haut-Verdon en direction de Thorame-Haute. On rejoint la gare (21), qu’on dépasse en empruntant la route. Un peu plus loin, à droite, un chemin s’écarte à gauche et va onduler au-dessus du Verdon et de la voie ferrée jusqu’à atteindre une route, au niveau de l’arrêt suivant « Allons/Argens » (22) (pas souvent en service, attention, pour celles et ceux qui penseraient pouvoir attraper le train à cet endroit. Vérifiez sur les horaires). Il faut ensuite suivre cette route par la gauche, balisée aux couleurs rouge et orange du GR® de Pays des Préalpes du Sud, jusqu’à la chapelle Saint-Domnin (23). 200 mètres plus loin, au niveau d’un oratoire, le balisage quitte la route, à gauche, et rejoint, par les prés, le hameau de la Moutière. Traverser celui-ci, continuer par la route et, plus bas, la quitter à gauche et emprunter un chemin qui va s’arrondir autour du pied des collines jusqu’à rejoindre Allons (26). Se reporter ensuite plus loin à la section « de Allons à Saint-André-les-Alpes ».

La plus aérienne (itinéraire bleu)

De la Colle Saint-Michel à Allons : 13,5km – 640m

C’est aussi la plus longue, la plus sportive et la plus éloignée du Verdon. Mais elle procure quelques belles sections de sentier sur de larges et accueillantes crêtes dominant la vallée du Haut-Verdon. Depuis la Colle-Saint-Michel, il faut traverser la départementale et se diriger vers l’espace nordique. On trouve un chemin balisé rouge et jaune, GR® de Pays de la traversée des Préalpes du Sud (variante), qui s’en va gravir le sommet du Pic de Rent (24). On se laisse glisser au-delà en direction du Coulet de Saint-Domnin. Continuer le cheminement par les crêtes jusqu’à la Basse d’Allons (25) puis, un peu plus loin, encore, celle d’Annot. C’est là qu’il faudra basculer par la forêt à droite, en direction d’Allons.

De Allons à Saint-André-les-Alpes : 12,5 km – 575m

Il faut quitter Allons par la route principale, comme pour sortir de la vallée. Un kilomètre après le village, une route traverse le ruisseau de l’Ivoire et monte au hameau de la Forêt : la suivre. Un chemin balisé le quitte en direction de l’extrémité de la crête forestière le dominant. Le remonter jusqu’au Haut de la Barre (27) et, en tournant à gauche, poursuivre l’ascension de la crête vers le sud. Vers 1570m, à une bifurcation, basculer à droite, en versant ouest et commencer à descendre. Le chemin effectue descend en longs lacets et rejoint le Verdon, en bas, au niveau du Pont de Quarante Mètres (28). Il longe les rails jusqu’à la gare. Depuis la gare, Saint-André-les-Alpes se rejoint ensuite par la route, rien de palpitant.

La plus rapide

Question de temps, d’envie, de météo, peut-être souhaiterez-vous expédier cette partie plus rapidement ? Le plus simple, dans ce cas, reste, depuis la Colle Saint-Michel, de descendre à la gare de Thorame-Haute et de prendre le train jusqu’à Saint-André-les-Alpes. Consulter la fiche horaire pour adapter votre journée.

A la sortie du Haut-Verdon, le lac de Castillon est un jalon important de l’itinéraire annonçant le début des grands lacs de barrage sur le Verdon. (photo @verdonpictures.com)

Etape 6 : Saint-André-les-Alpes – Castellane

De Saint-André-les-Alpes à La Baume : 12,5km – 665m

On quitte Saint-André par le sud et la route principale. C’est une nationale : serrez bien à droite le temps de l’emprunter. A la sortie de la ville, juste après l’hôtel Lac et Forêt (29), il faut prendre le dégagement à droite et le petit chemin qui remonte au-dessus du lac. C’est balisé jaune : il y a une signalétique au début du chemin en question. Les balises suivent tantôt la route, tantôt un sentier qui coupe les lacets. Il faut la suivre jusqu’à son terminus aux Courchons (30). Au-delà, il faut continuer par le chemin balisé jaune, plein sud, par un bel itinéraire qui surplombe le lac de Castillon. On rejoint le terminus d’une route au niveau de Blaron. Il faudra alors remonter celle-ci jusqu’à La Baume (31), en passant au pied du singulier site de la secte du Mandarom. Il y a un gîte à La Baume pour celles et ceux qui seraient fatigué(e)s avant Castellane.

De La Baume à Castellane : 8,5km – 200m

Depuis La Baume, un sentier balisé permet de rejoindre le col de la Baume sans passer par la route. Derrière l’oratoire, le sentier balisé continue d’offrir des raccourcis et permet d’atteindre le Cheiron en évitant, une fois de plus, le bitume. A partir de là, il faudra néanmoins suivre la route jusqu’au col de Cheiron (32). Du col, suivre provisoirement la route à droite et, une centaine de mètres plus loin, traverser la route et prendre une piste, à gauche. A la fourche suivante, prendre à droite, descendre et rejoindre une petite route montant depuis Castellane. La suivre une centaine de mètres et repérer un sentier balisé jaune qui la quitte par la gauche. On atteint le Bas du Serre. Là, deux options : prendre à droite et rejoindre directement Castellane ; ou suivre à gauche et rejoindre Castellane en passant par Notre-Dame-du-Roc, les vestiges de Petra Castellana et le chemin de pèlerinage. La seconde solution est vivement recommandée si vous avez le temps, encore un peu de jus et la météo avec vous !

(suite de l’itinéraire dans la 2ème partie de cet article… à suivre)

Castellane, le coeur du Verdon et le milieu de ce grand trek à travers le Verdon. La partie la plus spectaculaire commence ici. (photo @verdonpictures.com)

by-nc-ndA l’exception des photographies, ce reportage Carnets de Rando, sous licence Creative Commons, est la propriété exclusive de Carnets de Rando. Son usage à des fins non commerciales est autorisé à condition de mentionner son appartenance au site www.carnetsderando.net. Pour toute autre utilisation, merci de me contacter.

Comments

    1. Ha bah tant mieux ! Il y a des gens qui m’ont déjà emboité le pas sur cet itinéraire et, visiblement, ils étaient contents.

  1. Super intéressant comme article ! Enfin un trek avec des étapes raisonnables (moins de 1000m de dénivelé pour la plus part). Par contre rien n’est mentionné pour les nuits : en tente ou en refuge ? Est-ce que le trek a té effectué en totale autonomie ?
    Quelles sont les bonnes périodes pour effectuer cette aventure ?

    1. Salut, merci pour ton commentaire. Il y a des indications concernant les hébergements notifiées ici et là dans l’article, en fin d’étape en général. Je l’ai réalisé avec la tente la plupart du temps, indiquant dans le texte, lorsque c’était le cas, l’endroit où je me suis posé. Sont également mentionnés les hébergements de type refuge, comme au lac d’Allos ou à la Colle Saint-Michel. Lorsque l’étape se fait dans une ville, je laisse le soin au marcheur de choisir la formule qu’il souhaite parmi les offres recensées auprès des portails tourisme locaux. Je ne souhaite pas me faire l’apotre d’une adresse en particulier. Il y a également les campings qui sont une bonne alternative sur cet itinéraire. A condition, évidemment, de le pratiquer aux périodes d’ouverture de ceux-ci. A propos de période, l’itinéraire est praticable à partir de la mi-juin. A cette époque on peut encore trouver un peu de neige sur les hauteurs du lac d’Allos. Le cas échéant, prendre la variante Allos-Colmars s’il reste trop de neige au Pas de l’Encombrette (se renseigner auprès de l’Office de Tourisme). Ensuite, c’est praticable jusqu’à la fin octobre. Les mois de juillet et août sont très chauds et il y a énormément de monde dans le secteur de Castellane et des Gorges du Verdon, ce qui peut rendre l’expérience parfois pénible. En espérant avoir répondu à ta demande 😉

Laisser un commentaire

This Blog will give regular Commentators DoFollow Status. Implemented from IT Blögg