• Si vous ne vous sentez pas prêt pour voir la neige et que vous habitez dans le sud, un bon plan de repli est d'aller marcher dans les Calanques. Ici ce sont celles de Niolon, trop tranquilles en hiver, le pied total. Je vous ai mis un lien vers un petit article qui les présente dans la bio. Profitez en !
🇬🇧 If you're not ready for the winter and the snow, a good plan is to hike the Calanques, in south east of France. Here are the Niolon's ones, so quiet at this time. Check the link in my profile for some informations about them.
#rando  #randonnée #passionrando #hiking #hikingislife #hikingadventure #ilovehiking #outdoor #outdoorlovers #naturelovers #neverstopexploring #adventure #roam #calanques #provence #bouchesdurhone #beautifulfrance #visitlafrance #merveillesdefrance #travelgram #instatravel #zen #feelfree #igersfrance
  • La première fois que j'ai vu cette passerelle, c'était dans un magazine, j'étais gosse et Indiana Jones et le Temple Maudit était sorti depuis quelques années au cinéma. Ça m'a beaucoup titillé l'imaginaire à l'époque. La découvrir enfin en vrai adulte était un petit rêve enfin accompli. Holzarté : un lieu à voir un jour ou l'autre.
🇬🇧 the first time I saw this bridge in a magazine I was a child and Indiana Jones and the Temple of Doom was released on screen. Perfect for activating my imagination. Discover it for real several years later, as an adult, was like a dream. Holzarté : a french place to see one day or another.
#rando #randonnée #passionrando #hiking #hikingislife #outdoor #outdoorlovers #naturelovers #wildernessculture #adventure #neverstopexploring #pyrenees #pyreneesatlantiques #paysbasque #beautifulplaces #breathe #instatravel #travelgram #visitlafrance #igersfrance
  • Qu'il fait bon se retrouver perché au sommet du Pic de Morgon ! Alors ça m'a coûté de rentrer à la voiture à la nuit mais trop la classe d'être seul là haut, au dessus du lac de Serre-Ponçon. Franchement, ce spot, il casse des briques. Allez faire un tour sur le blog voir les images de drone que j'ai tournées au sommet. Vous allez voir, ça va vous donner envie d'y grimper direct. 🇬🇧 Awesome summit this Morgon's Peak ! Wide view over the Serre-Ponçon lake. Check the video on the blog : you should go climbing it just after !
#rando #randonnée #passionrando #hike #hikingislife #backpacking #outdoor #outdoorlovers #naturelovers #breathe #wildernessculture #explore #neverstopexploring #feelfree #summit #alpes #frenchalps #queyras #myhautesalpes #montagne #travelgram #instatravel #merveillesdesalpes #visitlafrance #igersfrance #paca
  • [VERCORS] Ha!Ha! T'en veux d'la neige sur Instagram, en voilà ! Bon ok c'est pas non plus les Rocheuses Canadiennes mais c'est la parfaite illustration de la passation de pouvoir des saisons. L'automne encore en-dessous, l'hiver à l'étage du dessus. Avec le Roc de Toulau en guest pour les besoins de l'exemple. Un beau sommet ceci dit en passant.
🇬🇧 Do you want some snow ? Here is ! Ok that's not the Canadian Rockies but it shows well how Fall is slowly slipping to winter. Roc de Toulau on the picture, Vercors range.
#rando #randonnée #passionrando #hike #hiking #hikingislife #ilovehiking #backpacking #montagne #mountain #summit #alpes #vercors #outdoorlovers #naturelovers #neverstopexploring #wildernessculture #winteriscoming  #neige #breathe #travelgram #instatravel #rhonealpes #igersfrance
  • Ha non mais c'est quoi cette histoire ? La neige qui débarque soudainement, des photos toutes blanches de partout sur Instagram : et moi je fais quoi maintenant avec mes photos et mes articles d'automne ? Bah je les diffuse quand même pardi ! Je sais, je sais, là sur cette photo prise dans le Queyras il y a 10 jours bah maintenant c'est tout plein de neige. Mais si ça fond ce sera de nouveau comme ça hein ! Bon bah moi j'ai plus qu'à retourner en rando avec mes raquettes pour refaire des images...
🇬🇧 What is that ? Snow is suddenly falling down, white landscapes pictures rolling all over Instagram... And what now with my non shared pictures of Fall ? However, here they are ! I know on this one, for example, taken in Queyras 10 days ago, all is today covered with fresh snow. I just have to go back hiking with my snowshoes for new winter pictures...
#rando #randonnée #passionrando #hiking #hikingislife #ilovehiking #montagne #mountain #queyras #myhautesalpes #automne #fall #outdoorlovers #naturelovers #neverstopexploring #wildernessculture #breathe #feelfree #explore #travelgram #instatravel #igersfrance
  • [VAUCLUSE] Changement de décor. On quitte un peu la montagne pour les jolis paysages de Fontaine de Vaucluse. Un coin idyllique pour des petites randonnées bucoliques. Parfait à l'époque de la grossesse de ma chérie 😁
🇬🇧 We leave the mountains for a while for the lovely landscapes of Fontaine de Vaucluse, in Provence. A cute spot, perfect for soft hikes. A good plan when your wife is pregnant 😁
#rando #randonnée #passionrando #hike #hiking #hikingislife #nature #naturelovers #outdoorlovers #provence #vaucluse #wildernessculture #feelgood #zen #breathe #travelgram #instatravel #igersfrance #beautifulfrance
  • [BELLEDONNE] À mes yeux l'un des derniers territoires sauvages des Alpes. Pour y avoir vécu et l'avoir largement sillonné, Belledonne offre encore la possibilité d'itinéraires sans aucun sentier, loin des foules, au coeur d'une montagne âpre et minérale. Comme ici en montant vers la Selle du Puy Gris.
🇬🇧 From my point of view, Belledonne is one of the last wilderness alpine territory. I lived and hiked a lot here. There are such non marked routes, far from the crowd, in the middle of a harsh and rocky mountain. As here, when climbing up to the Selle of Puy Gris.
#rando #randonnée #passionrando #hike #hiking #hikingislife #hikingadventure #trekking #backpacking #outdoor #outdoorlovers #alpes #alps #frenchalps #belledonne #montagne #mountain #adventure #wildernessculture #neverstopexploring #gohigher #feelfree #travelgram #instatravel #roaming #escape #freedom
  • [VERCORS] Le Vercors c'est l'une de mes destinations d'automne favorite en automne. Flirter avec les falaises de sa muraille orientale, comme ici au-dessus du Pas de l'Oeille et face au Gerbier, est un pur bonheur. Amateurs de randonnées vertigineuses, ne cherchez plus, ici c'est le paradis !
🇬🇧 At Fall it's one of my favourite place for some aerial adventures. As here, above the Pas de l'Oeille, facing the Gerbier summit.
#rando #randonnée #passionrando #hike #hiking #hikingislife #trekking #backpacking #outdoor #outdoorlovers #montagne #mountain #vercors #wildernessculture #neverstopexploring #breathe #elevate #gohigher #adventure #zen #breathe #feelfree #travelgram #instatravel #igersfrance #summits
  • [CORSE] Le lac de Melo, l'un des plus notoirement connu, visité et photographié de Corse. Le randonneur sur le GR20 ne l'aperçoit que de loin, à moins d'avoir emprunté la variante de la Brèche de Goria, qu'on devine tout au-dessus du lac, à gauche du principal sommet de la photo.
🇬🇧 the Lake of Melo : probably one of the most famous, visited and photographied of Corsica. The hiker on the GR20 is only allowed to have a glimpse of it from far. Except if he went through the Brèche of Goria, an alternative way which can be seen on the picture, high above the Lake, left of the main summit.
#rando #randonnée #passionrando #hike #hiking #hikingislife #ilovehiking #trekking #backpacking #outdoor #outdoorlovers #montagne #mountain #lac #lake #alpinelake #corse #corsica #GR20 #wildernessculture #neverstopexploring #zen #breathe #breathtaking #adventure #instatravel #travelgram #igersfrance #naturelovers
  • [CORSE] Une autre variante alpine à ne pas louper sur le GR20 : celle qui, au départ du refuge de Capanelle, grimpe au sommet du Monte Renoso via le superbe lac de Bastani. A la clé un beau parcours d'altitude sur les crête de Pietradone avant de rejoindre le tracé d'origine qui mène vers le refuge de Prati.
🇬🇧 Another unmissable alpine alternative way : the one who leads to Monte Renoso summit through the nice Bastani lake. A charming high road on the Pietradone ridge before joining the classic road to Prati hut.
#rando #randonnée #hike #hiking #passionrando #iloverando #ilovehiking #hikingadventure #hikingislife #trekking #backpacking #adventure #outdoor #outdoorlovers #neverstopexploring #wildernessculture #corse #corsica #GR20 #lac #lake #mountain #zen #breathe #feelgood #instatravel #travelgram #igersfrance
  • [CORSE] Le massif de Bavella. Peut-être l'un des endroits qui m'a le plus marqué en Corse. On est sur les dernières étapes - les premières pour certains - du GR20 et on en prend encore plein les yeux. Magistral.
🇬🇧 Maybe one of my favorite place in Corsica : the Bavella's range. Here are the last - or the first depending the hikers - stages of the GR20 and the show continues to be great.
#rando #randonnée #hike #hiking #passionrando #trekking  #backpacking #hikingadventure #hikingislife #outdoor #outdoorlovers #mountain #montagne #corse #corsica #gr20 #wildernessculture #neverstopexploring #adventure #travelgram #instatravel
  • [CORSE] Peu de randonneurs sur le GR20 se donnent la peine de venir admirer le lac de Bellebone et, mieux encore, de gravir le Monte Rotondo, qu'on aperçoit juste derrière. Il faut dire que c'est sacrément sport depuis Pietra Piana ! Mais quelle récompense, non ?
🇬🇧 Few hikers get to the Bellebone Lake when hiking the GR20 and less are challenging the Monte Rotondo summit, just behind. It has to be precised that this is a harsh enterprise when coming from Pietra Piana's hut. But look at the reward : classy isn't it ?
#rando #randonnée #trekking #passionrando #hiking #backpacking #hikingislife #hikingadventure #hikinginfrance #gr20 #corse #corsica #wildernessculture #outdoor #outdoorlovers #explore #neverstopexploring #breathe #freedom #feelfree #naturelovers #zen #instatravel #travelgram #igersfrance #beautifulfrance

La sandale et la chaussure

Le nom de cet article a des accents de conte. Il aurait pu s’agir d’une fable si le débat qu’il suscite dans les milieux autorisés de la randonnée entre port de sandales ou de chaussures sur les sentiers ne faisait parfois pas autant rage. J’en fus – et en suis parfois encore – la cible toute désignée pour avoir porté sans rougir des sandales dans plusieurs de mes vidéos. Un choix qui m’a attiré les foudres instantanées de nombre de représentants de l’Ordre en Randonnée lors d’échanges virulents, incisifs, voire dangereusement grossiers. Autant de véhémence pour un sujet relatif à une activité de loisir ? J’ai envie de dire : mais pourquoi autant de bruit ? Pour mettre fin à ces prises de position pénibles, je vous livre aujourd’hui mon avis et les raisons de mes choix. Libre à chacun de s’en inspirer pour réinventer son approche de la randonnée.

Un peu – mais pas trop quand même – d’Histoire

Après être enfin descendu de son arbre, il a été établi qu’Homo Sapiens a décidé de se dresser sur ses membres postérieurs pour marcher. Une initiative dont chacun lui est gré et que personne ne regrette aujourd’hui. Et, depuis, l’Humanité en a fait des kilomètres. Le pied, il n’y a eu d’ailleurs longtemps que ça pour se déplacer. A l’époque, la randonnée n’avait pas trop la cote et, si on marchait, c’était pour répondre à des besoins impérieux. Le contemplatisme insouciant ne viendra qu’au 20ème siècle. Pour protéger ce petit membre sensible qu’est le pied, l’Homme commence à imaginer des accessoires. La sandale sera l’un des premiers de ceux-ci, bien avant la chaussure telle qu’on la connaît. Un minimalisme que porteront des générations de pèlerins, de centurions romains ou d’éphèbes grecs et qu’on retrouve encore largement chez certains peuples indigènes de nos jours.

gladiator-general-maximus

De la sandale à la chaussure de randonnée moderne

Les siècles passent et, avec eux, les modes vestimentaires. Aux haillons et aux cottes de maille d’un Moyen-Age lointain ont succédé peu à peu des tenues plus élaborées et civilisées. A la sortie de la Seconde Guerre Mondiale, la société de loisirs balbutiante voit émerger ses premiers adeptes. Un monde nouveau est à explorer et à redécouvrir à pied. Trekkeurs de la première génération, alpinistes et explorateurs marchent fièrement avec de grosses chaussures en croûte de cuir et aux semelles épaisses desquelles dépassent d’énormes chaussettes en laine. Ces dinosaures de la chaussure de randonnée montante étaient autant indestructibles et imperméables qu’elles étaient lourdes et peu confortables. Mais beaucoup diront cependant qu’on n’a pas fait mieux depuis.

vieilles pompes de rando

Quand les marques prennent le pouvoir

Ces pionniers vont en inspirer d’autres. Les premiers grands randonneurs commencent à arpenter la France dès les années 70. Face à ce marché en pleine explosion qui suscite des vocations, certains ne perdent pas le nord. Pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur – car il y a souvent du bon derrière chaque action, même commerciale – c’est une vraie volonté d’améliorer l’expérience de la randonnée pour ces nouveaux pratiquants. Le pire – car il y a parfois des effets secondaires aux bonnes actions – c’est d’avoir fini par imposer un standard et un courant de pensée pour une activité qui en était jusqu’alors dénuée. Année après année, les marques et les as de la communication ont fini par convaincre tout un chacun que pour marcher, il faut une chaussure adaptée – la leur, si possible – et pas autre chose. Autrement quoi ? Autrement c’est dangereux. Point final.

shutterstock_172119818

Nous a-t-on menti tout ce temps ?

Fort heureusement non. Pas de complot démoniaque des rois de la gaudasse. La chaussure c’est vraiment bien, n’en doutez pas. Mais la sandale c’est bien aussi. Et je ne parle évidemment pas de tongues ou autres espadrilles glissantes ici, mais bien de sandales destinées à la pratique de la randonnée. Des sandales pour randonner ? « Mais vous n’êtes pas sérieux? » allez-vous me répondre en obéissant instinctivement à toutes ces années de matraquage des marques ainsi qu’au souvenir de faits divers tragiques évoquant de sombres histoires d’accidents avec des personnes mal chaussées. La notion de sécurité n’est pourtant pas à exclure, loin de là. Mais tout n’est qu’une histoire de contexte, d’usage et d’expérience. Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi mais simplement de s’ouvrir à d’autres perspectives selon l’adage : une place pour chaque chose et chaque chose à sa place.

RAVENM_[1000x700]

La sandale : ses points forts et ses points faibles

Marcher en sandales, c’est revenir à un certain esprit minimaliste de la randonnée. C’est une forme de retour aux sources où le pied se sent léger et évolue à l’air libre. On y gagne de la fluidité, de la légèreté et le pied respire. Adieu aux ampoules, aux pieds trempés ou douloureux. En contrepartie de cet immense bonheur on s’agacera des cailloux qui rentrent sous le pied, des risques de piqûres d’insectes – ou de serpents – des rochers qui voudraient vous écraser les orteils et du pied qui glisse sur le fond de la sandale en cas de pluie. La sandale est tout terrain, bien davantage qu’on ne le croit. Sa seule limite : la neige sur laquelle elle adhère peu et qui congèle rapidement le malheureux peton.

2209_Sandale en action 3

 

La sandale : pour qui et pour quel usage ?

Si je recommande la randonnée en sandales, je ne le ferai cependant pas pour n’importe qui. Marcher en sandales nécessite d’avoir habituellement le pied sûr avec des chaussures. Entendez par-là de l’aisance sur les sentiers et, plus particulièrement, sur des sentiers techniques et, accessoirement, des hors-sentiers ou terrains variés. Le randonneur à l’aise est rapide sur ce type de terrain, adopte un rythme dynamique et joueur en étant capable d’anticiper ses prochains pas et les obstacles à venir. Autrement dit, pas un seul de ses pas n’est réalisé au hasard. Chacun est le fruit d’une sorte de danse maîtrisée et calculée, à l’image d’un skieur dévalant la piste. Ses appuis sont impeccables. A partir de cet instant, l’usage de la sandale peut se recommander sur tout type de chemin et de parcours rocheux, y compris dans des pierriers stables et des pas d’escalade faciles.

2209_Sandale en action 4

Et la tenue de pied dans tout ça ?

J’entends déjà les loups hurler à la lecture du précédent paragraphe, m’accusant d’irresponsabilité. Pourtant on ne dit rien à Kilian Jornet lorsqu’il galope en tennis sur des glaciers – voire on l’admire, allez comprendre ! Rendons à César ce qui lui appartient : aucune sandale n’aura la tenue d’une chaussure de randonnée montante. C’est un fait et un point accepté en connaissance de cause par l’utilisateur. Certaines offrent néanmoins une tenue de pied surprenante, voire inattendue, ainsi qu’un toucher de sol et une précision qu’aucune « grosse » ne pourra imiter. Certains modèles sont par ailleurs dotés d’épaisses semelles accrocheuses qui n’ont rien à envier à des Vibram en matière d’adhérence. Libéré du poids de la chaussure classique, le pied se sent mieux et restitue un dynamisme d’origine de son déroulé absolument incomparable.

2209_Kiota

Alors je peux jeter mes chaussures ?

Non, pas encore ! La pratique de la marche en sandales est une expérience à faire et à perfectionner selon ses propres limites. N’allez pas tout de suite faire ce que vous avez vu dans Carnets de Rando et vous lancer à l’assaut du sentier Martel et de l’Imbut, dans les Gorges du Verdon, avec vos sandales flambantes neuves. Assurez-vous d’avoir acquis un produit adapté à la randonnée et testez-le sur des itinéraires faciles pour prendre vos marques avec cette nouvelle façon de marcher. Prenez confiance dans vos sandales. Quand l’été sera là et, avec lui, les grosses chaleurs, vous apprécierez d’autant plus vos nouvelles compagnes. Gardez les chaussures pour des terrains où vous êtes moins à l’aise ou trop techniques.

2209_Sandale en action 5

Pas vraiment convaincu ?

Si vous ne vous reconnaissez absolument pas dans le profil du randonneur décrit dans les paragraphes précédents, oubliez la sandale et restez en chaussures ! Mais faites preuve d’ouverture d’esprit et gardez bien en tête que d’autres randonneurs répondent à cette description et n’ont pas besoin d’être jugés pour leurs choix. La sandale est réservée à un certain usage et à certaines personnes. Tout est une question d’expérience, d’habileté et de niveau de pratique. On est loin du formatage sécuritaire dicté par les marques et les institutions. Ici on parle d’intimité avec les sentiers et de choix personnels fait par des pratiquants disposant d’une véritable expertise sur l’activité et ses milieux d’évolution. L’imprudence n’a pas sa place ici, n’en déplaise aux plus réfractaires à la sandale ! Dans un prochain article, je vous présenterai quelques modèles dignes de ce nom pour faire de la randonnée en sandales !

Comments

  1. C’est comme les chaussures de running ou de Trail: les marques ont imposées et rendu dépendant les coureurs aux amortis, drops (hauteur de talon), en expliquant que toute sortes de maux leurs tomberaient dessus sinon. En parallèle les coureur si bien chaussé ont tous des blessures et problèmes aux genoux et dos.
    Le minimalisme répare ces soucis et problèmes !
    En en apportant d’autres, le tout est de bien se jauger, essayer, varier, et des fois remettre en cause les postulats !
    Très intéressant en tout cas, perso je suis adepte pour les randos des chaussures les plus simples, j’ai besoin de sentir le sol, d’une semelle molle afin que mon pied lise le sol; et que la semelle soit bien aggripante, Vibram sait bien me faire mais pas seulement !

  2. David,
    Avec quelques arguments un peu plus technique, tu aurais pu te sentir libre d’être plus radical. Bien des kinés aujourd’hui savent et explique que pour se garder des entorses, il vaut mieux entrainer ses chevilles à garder une bonne tonicité, à garder sa stabilité quoiqu’il advienne. Une cheville non tenue mais bien entrainée est probablement mieux protégée des entorses, que sa cousine habituée au corset, lequel a toujours une limite. Une cheville laxe, mais des proprioceptions bien développées (cet arc réflexe avec le cerveau qui fait que si un caillou roule sous le pied, il restera droit et la cheville ferme) est un gage de sécurité. Lorsque mes clients me demande le meilleur entrainement à la marche, je réponds toujours le travail de l’équilibre. Une planchette sur un rondin de bois, puis sur une boule est un excellent moyen de développer à la fois l’équilibre et les proprioceptions de la cheville. Et celui qui a un bon équilibre se fatigue beaucoup moins que son cousin à la démarche hésitante en montagne, ce qui est le commun des mortels randonneurs. Et sera de fait moins exposé aux angles inacceptables de sa cheville…

  3. Au fait, David, si tu as eu des scrupules a être plus offensif : justement ce petit caillou, que l’on appelle « scrupule », celui qui se glisse dans la chaussure et qui empêche de marcher, eh bien c’est extrêmement facile de l’éjecter lorsque l’on porte des sandales.
    Et toc !
    Moi aussi j’ai eu quantité de réflexions sur les sandales. Il y a 10 ans c’était la même chose pour les chaussures basses.
    Vue la quantité de gamins que nous emmenons en montagne, souvent en baskets à pneus lisses, parce qu’ils n’ont rien d’autre, et l’absence d’accident – alors qu’ils sont moins attentifs au sentier que n’importe quel adulte, il est facile de comprendre que ce n’est pas la chaussure qui fait le randonneur.

  4. Il faudrait que j’essaye un jour tiens.
    J’ai écrit un article sur le choix des chaussures pour marcher en montagne (http://www.objectifsommets.fr/matos-quelles-chaussures-utiliser-pour-marcher-en-montagne/) mais n’ai pas abordé les solutions plus légères (minimalistes, scandales) faute d’expérience sur le sujet.

    Ce n’est pas trop douloureux au niveau des orteils (pierrier en descente ou forte pente négative par exemple) ? C’est ce qui me bloque encore un peu :-/

    1. Salut Quentin,

      Comme dit dans l’article, les sandales n’ont pas que des avantages et il faut savoir composer avec les inconvénients. Une bonne sandale te tient le pied et évite qu’il glisse trop dans une descente pour se retrouver avec les orteils sur les cailloux ! En revanche, elles restent exposées aux projections et se retrouver avec un petit caillou sous le pied est monnaie courante. Il existe des modèles avec un retour au niveau des orteils pour les protéger mais tu peux te retrouver dès lors avec la même sensation d’écrasement que dans une pompe classique !

  5. Excellent débat que tu soulèves David.
    Les activités de pleine nature dont il faut vraiment souligner le lien étroit avec la nature, au caractère imprévisible et aléatoire.
    L’idéal est de s’équiper en fonction de ses compétences, son aptitude physique et de sa tolérance au confort.

    J’imagine qu’avant d’arpenter des sentiers exigeants en sandales, tu t’es entrainé sur d’autres sentiers moins exigeants pour te faire les pieds. Comme on conduit une nouvelle voiture tranquillement avant de l’envoyer sur des routes de montagnes étroites. Donc à cela je n’y vois aucun problème. Y aller en « bourrin » est peut-être plus risqué au début ?

    Le débat peut largement être étendu aux trails vs montantes, au SAD avec ou sans armature, à la tente ou le tarp et ainsi de suite. En fait, dès que le « matériel » entre en jeu, soit quelque chose servant de fusible face à notre propre habilité à gérer les situations dans la nature, notre condition physique et notre connaissance, les gens se braquent sur des doctrines.. Dommage mais c’est comme cela, et on retrouvera cela partout.

    Ainsi par exemple, mes chevilles sont fragiles. Il m’est pas concevable de randonner en tiges basses en portant 15kg. A la journée, des trails suffisent. Sur des sentiers de basse montagne, en sandales ça passera. A l’inverse, je me passe de chaussures imperméables tandis que d’autres ne jurent que par le symbole GTX.. Certains partent avec 5kg dans le SAD, d’autres avec 20kgs.

    Condition physique, connaissance de soi et compétences, à mon sens, sont les clés pour choisir entre la sandale et la chaussure.

    1. Tu as tout résumé Emmanuel. Le choix de sa chaussure peut varier en fonction de plusieurs facteurs et nul n’est obligé de porter la même chaussure pendant des années. Se connaître soi-même et connaître le terrain sont les deux éléments les plus importants. Je ne suis pas du genre à sortir mon CV pour justifier de ma propre expérience du terrain mais, ainsi que tu le soulèves, je me suis bien entraîné avant de passer à la sandale et j’ai quelques voyages alpins dans les pattes qui m’ont aidé à développer mon aisance et mon équilibre sur les sentiers – ou en dehors. Les débats sur le matériel sont passionnants en tout cas. J’espère avoir l’occasion d’en ouvrir d’autres dans le futur. Merci pour ton commentaire en tout cas ! A bientôt 😉

  6. Et entre les deux, il y a la chaussure de trail. Testées avec doute – après 35 ans de croquenots (j’ai eu les mêmes que sur la photo là haut, on se les refilait d’année en année, de cousins en cousins) – et adoptées. Y compris par temps de pluie estivale car elles sèchent vite ; et repartir le matin avec le pied au sec c’est très appréciable. Plus difficile avec des tout cuir surtout si le soleil n’a pas fait son apparition depuis l’orage (cf. l’été 2014…)
    Je te rejoins sur la sensation et la dynamique/tonicité que l’on retrouve après des années de semelles épaisses. Moralité, en ce qui me concerne, les New Balance sont de marches pour les petites sorties et les grandes aux temps secs (y compris pour 7 jours en itinérance avec des A700 D+) et les Meindel ont trouvé leur place à l’automne et à l’hiver, avec les raquettes notamment.
    Quand à la sandale, j’attends avec impatience ton test de modèles…

    1. Bonjour David et merci pour ton commentaire. Les tiges basses ont également mes faveurs. Je ne passe pas mon temps en sandales non plus ! J’utilise même encore parfois des « grosses », voire plutôt des « mid ». En fait, je choisis selon mon humeur, ma forme, ma destination et les conditions du moment. Mais j’avais envie de réhabiliter un peu la sandale après trop d’années à recevoir des mails et des commentaires agressifs. J’aime beaucoup la tonicité des modèles tiges basses moi aussi. Je pense que j’en parlerai plus tard dans un autre article !

  7. Allez encore un petit commentaire : en marchant avec des chaussures basses, CàD en faisant confiance à vos chevilles, vous adoptez naturellement une démarche souple, vous anticipez où vous allez mettre les pieds, mais en avoir les yeux rivés sur le sentier. Je me sers de mes yeux pour regarder le paysage, et de mon cerveau pour annoncer aux pieds où ils vont se poser dans les 3 pas suivants. Et ce sont les genoux qui vous disent merci, car vous évitez les chocs, vous marchez en souplesse, félinement après quelques dizaines d’heures de sentier et hors sentiers.
    Il y a un peu le même débat à propos des chaussures de ski, qui déplacent les lésions vers les genoux. Ils doivent faire des compensations, pour « remplacer » certains mouvement d’accompagnement de la cheville, qu’elle ne peut faire, « plâtrée » dans sa coque plastique. Et le genou ne sait faire qu’une chose, plier vers l’arrière.

    1. Que de bons conseils Pascal pour compléter idéalement certains points de cet article. Un merci tout particulier pour ton analyse sur la notion d’équilibre, un terme qui manque à l’article et que j’ajouterai un peu plus tard. De la même manière qu’on choisit ses vêtements selon le temps et la saison, on peut également choisir ce qu’on va mettre aux pieds pour randonner. J’espère que tout va bien pour toi et qu’on aura l’occasion de se croiser dans l’hiver ! A bientôt !

  8. Je suis bien d’accord pour dire que ce n’est pas la chaussure qui fait le randonneur.je préfère la chaussure basse car les chevilles se renforcent naturellement. Et puis j’ai toujours mes sandales sur mon sac à dos pour me delasser les pieds.
    J’attends avec impatience tes essais de sandalles.
    Merci et bonne journée.

  9. Ton article est convaincant. Je marche depuis toujours avec des tiges hautes, par « sécurité » comme je l’ai si bien appris ! Tu m’as donné envie d’essayer autrement, mais comme tu l’expliques si bien, chacun son rythme et son entraînement. Après 2 entorses à quelques mois d’intervalle, je confirme que le travail de la cheville est essentiel, mais n’avais même jamais imaginé une telle différence de sensations ! Quel manque d’imagination de ma part et de méconnaissance ! Et un vrai manque de confiance en mes capacités !
    Merci pour cet article, qui, du coup, m’ouvre d’autres horizons…(désolée pour ceux qui me trouveront timorée ou incompétente !)
    Et encore une fois, bravo pour ton site ! Quel plaisir et quel dynamisme du dégage !

    1. Bonjour Isabelle et merci de ton commentaire ouvert d’esprit ! Pour avoir également travaillé de longues années dans le pied et dans le chaussant, je sais évidemment que la sandale n’est ni la chaussure adaptée à toutes les situations, ni à toutes les personnes. Tout est une question de contexte, d’analyse, de connaissance de soi et aussi de curiosité ! Comme dans la vie, il n’y a pas qu’un chemin pour aller dans une direction mais plusieurs ! J’espère, grâce à cet article, avoir réussi à donner envie aux randonneurs d’appréhender le sujet de la sandale sous un nouveau jour ! Bonnes randos !

  10. Merci pour cette explication je découvre la sandale.. qui devient scandale! pour certain…
    heureusement que l’ouverture d’esprit existe pour d’autres.
    Alors moi !… après tous ces commentaires …j’ai envie d’essayer la sandale… celle qui va révolutionner
    la marche des marcheurs…se sentir plus libre … plus léger…

    J’attends avec impatience l’article des différents modèles !

    1. Bonjour Corinne,

      Merci pour ce petit commentaire ! Je suis content si j’arrive à convaincre les gens d’essayer avant de condamner ! Pour l’article sur les différents modèles, il faudra patienter jusqu’aux beaux jours car il serait anachronique de parler de sandales en plein hiver 🙂 Mais, promis, je n’oublie pas de le rédiger dans le courant de l’année. Meilleurs voeux à toi et bonnes randos 😉

  11. Pour la première fois cet été après de nombreuses années de randonnée j’ai eu envie d’essayer l’espadrille.
    Résultat, j’adore !
    Un sentiment de liberté et une sensation du relief incomparables.
    Donc je veux bien te croire quand tu parles des sandales.
    Par contre, je suis pour le moment au Pays de Galle où je m’enfonce les pieds dans la boue jusqu’aux chevilles et là je déconseille fortement ce genre de chaussures.
    Merci pour cet article et bonne randonnée !

    1. Bonjour Stéphane,

      Merci pour ton passage et ton commentaire enthousiaste sur la sandale. Oui tu as raison concernant les jours de pluie. Je me rappelle avoir été en sandales à l’époque du GR30 en Auvergne et avoir passé les deux derniers jours sous la pluie. L’ascension du Sancy avec les pieds mouillés et plein de boue reste un souvenir mémorable 🙂 Comme je l’explique dans l’article, la sandale ne peut pas avoir que des avantages et il est bon d’en souligner les limites. Ton exemple au Pays de Galles en fait partie et doit être assumé par ceux qui choisissent ce type de chaussures ! Pour le reste, sur du sentier sec, c’est que du bonheur ! Meilleurs voeux à toi et bonnes randos 😉

  12. Après avoir fais plusieurs recherches, c’est finalement votre témoignage qui achèvera de me convaincre.Dans quelques 20 jours je pars de saint jean pied de port pour saint jacques de compostelle,et ce sera…en sandales!
    Merci de m’avoir permis de mettre de côtes mes grosses montantes en cuir ^^

    De par leurs flexibilité de réglage, j’imagine de plus qu’il faut moins de temps pour les « faire » ?

    1. En effet Nicolas, la question de « faire » les chaussures ne se posent plus. Et que dire d’autre sinon que la sandale est la chaussure historique du pèlerin ? J’espère que ce choix vous apportera de la légèreté et du bonheur sur le Chemin ! Bonne rando !

  13. J’aimerais beaucoup avoir des nouvelles du « futur pèlerin en sandales » !
    Je pensais, moi aussi, partir sur ce périple (plus tard), mais en sandales …
    Je vois partout des avertissements « prenez des chaussures qui maintiennent bien la cheville » et l’article de carnetsderando m’apporte un véritable bol d’air.
    Je suis d’accord sur l’aspect « marketing » et le véritable dogme que cela engendre auprès de nombre de personnes à grosses godasses. La chaussure fait l’adepte !
    je me suis mis à la rando en sandales (un peu spéciales quand même !) après deux tendinites. je me muscle les chevilles et par là même, je me muscle l’esprit en lui accordant la même ouverture qu’à mes pieds.
    Bonne randos à tous, avec ou sans sandales …

  14. Bonjour . Super cet article, moi je suis adepte de la sandale depuis un moment et cela faire rire tout le monde … pourtant c’est vraiment confortable si comme vous le préciser on a le pied sur !
    Merci pour la marque !

    1. bonne question qui n’amène, je le crains, aucune réponse satisfaisante ! la saison de tournage 2017 a été très dense et je n’ai guère eu le temps de chouchouter le blog. Très peu d’articles d’écrits, en-dehors des articles liés aux épisodes inédits de Carnets de Rando. Et j’ai passé une partie de la saison avec les Lizard H²O aux pieds. Je n’ai pas eu envie d’essayer autre chose, tellement je suis bien dedans. Est-ce que cet article sera écrit un jour ? Probablement. Mais il faudrait déjà que les marques soient cool et acceptent aussi de me passer des paires de sandales en test. A suivre donc et désolé pour les effets d’annonce non tenus…

Laisser un commentaire

This Blog will give regular Commentators DoFollow Status. Implemented from IT Blögg