Plongée dans le Cirque de Navacelles

Il est des lieux dont l’évocation du nom seule suffit à installer une sensation de souveraineté et de prestige. Navacelles est assurément l’un d’entre eux. Auréolé de titres réputés qui contribuent à son succès, le cirque de Navacelles est aussi un spot incontournable pour les amateurs de randonnée à grand spectacle. Plonger dans les profondeurs de son espace constitue déjà, en soi, une marche mémorable. Mais poursuivre au fil de la Vis pour s’en aller découvrir un autre visage du cirque, au niveau des Moulins de la Foux, vous laissera sans aucun doute le souvenir impérissable d’une très belle randonnée. C’est ce que j’ai fait dans ce nouvel épisode de Carnets de Rando, le cinquième dans l’Hérault, et sous les flamboyantes couleurs de l’autome.

Difficulté : moyen | Longueur : 12km | Durée : 4h30 | Dénivelé : 465m

Mi-septembre. L’automne est déjà bel et bien là. Aux couleurs prometteuses se joint le plaisir de la solitude retrouvée des lieux. En pleine semaine, à trois semaines déjà de la fin des vacances scolaires, le cirque de Navacelles est silencieux. Les randonneurs y sont plus rares et dispersés dans l’immensité du lieu. Eric a choisi Baume Auriol comme point de départ de ce reportage, en versant sud du cirque. Outre son auberge et sa Maison du Grand Site, l’endroit propose surtout un belvédère spectaculaire sur le fond du cirque.

Formidable Cirque de Navacelles qui fend le Causse du Blandas en deux pour y laisser passer la Vis. Un poste frontière majestueux à mi-chemin des Cévennes et du Lodévois

Je ne suis pas descendu de voiture depuis cinq minutes que je suis déjà saisi d’une envie frénétique d’images. C’est le genre d’endroit où on en prend plein la vue, comme ça, sans effort en plus. Un monsieur nous demandera tout de même où se trouve le « vrai » cirque, visiblement désappointé par ce qu’il voyait. Un comble ! Ce n’est peut-être pas le Grand Canyon, mais Navacelles a largement de quoi offrir au visiteur et n’a pas usurpé son classement aux Grands Sites de France, ni à l’UNESCO.

cirque de navacelles
Le Cirque de Navacelles : immense, grandiose, rougeoyant sous les pinceaux de l’automne. Tel qu’il se présente au randonneur depuis la Baume Auriol.

Comme souvent, au vu de la raideur des falaises environnantes, je me demande souvent par où on passe pour descendre. « C’est par là », me guide Eric en m’indiquant un petit sentier balisé jaune traçant sa route derrière la bâtisse de Baume Auriol. Après quelques zig-zag à travers buis, il atteint assez rapidement le bord du cirque, dans lequel il plonge délibérément. A l’instar des Fenestrettes ou de la Buèges, je suis toujours amusé de constater que l’Hérault regorge de sentiers capables de franchir ce qu’on aurait juré, de loin et un peu trop rapidement, infranchissable.

L’Hérault, on croit toujours en avoir fait le tour jusqu’à ce qu’on tombe sur un nouveau site incroyable. Il y a les choses plus confidentielles mais il y a aussi les spots majeurs, les « must to see » et Navacelles en fait partie

Il y a toujours un petit passage en encorbellement qui se joue des difficultés et permet au marcheur de rentrer dans l’intimité de lieux saisissants. C’est encore le cas ici avec ce sentier qui, après avoir adroitement sinué entre les barres rocheuses du haut du cirque, atteint la large épaule qu’on observait depuis le belvédère ; celle-là même qui délimite la partie ouest du fer à cheval du cirque. Un relief bien marqué, coupant l’espace verticalement, et qui oblige la rivière à se contorsionner pour tailler sa route par le nord avant d’atteindre Navacelles.

Vue sur l’épaule massive sur laquelle vient se poser le sentier en descendant de Baume Auriol. On remarque le lacet de la route qu’on empruntera plus tard pour rejoindre l’itinéraire des Moulins de la Foux

Les couleurs sont absolument renversantes. Je suis même étonné d’être le témoin du passage à l’automne de cette zone très méridionale. Je n’aurais pas imaginé que cela puisse être aussi visuel, moi qui habite en Provence et qui ne note que très peu de différences entre les saisons. Ici, aux portes du Lodévois, du Larzac et, finalement, des Cévennes, les influences ne sont pas exactement les mêmes. La Vis, qui coule en sinuant dans le fond du cirque, joue un rôle essentiel dans ce grand tableau coloré.

Navacelles c’est bien sûr un cirque mais c’est aussi une rivière : la Vis. Descendue en droite ligne des Cévennes, elle se fraye un passage jusqu’à l’Hérault en une petite soixantaine de kilomètres.

Sa précieuse eau attire comme un aimant de nombreuses essences de feuillus qui croissent de part et d’autre de ses berges en épousant parfaitement son cours. Le tableau d’ensemble reflète des dégradés de couleurs tirant tantôt sur le vert, tantôt sur le rouge, en oscillant de mille nuances de jaune lumineux. L’objectif ne sait plus où donner de la tête. Je passerais des heures à faire des images dans pareil environnement. Mais le temps qui passe nous incite à poursuivre : les Moulins de la Foux nous attendent.

cirque de navacelles automne
Vues d’en haut, les courbes de la Vis à l’automne créent un tableau totalement démentiel.

Le sentier finit par couper la route qu’Eric m’invite à suivre un court moment. A une intersection, un peu plus bas, on rejoint ainsi le départ du chemin vers les fameux moulins. Exceptée un petit passage plus escarpé que le reste – mais bien sécurisé par des mains courantes – cette seconde partie se parcourt la fleur aux dents. On y suit la Vis en rive droite et en bénéficiant, par endroits, de jolies petites plages où tremper les pieds. En pleine saison estivale, le lieu est propice à la pause et à la baignade : toujours frais et ombragé, avec la compagnie bienvenue d’un cours d’eau limpide et accueillant.

Depuis Vissec, c’est d’abord le GR®Pays du Tour du Larzac méridional qui permet de longer la Vis. Puis c’est le GR®7, aux abords du hameau de Navacelles, qui prend le relais jusqu’à Saint-Maurice-de-Navacelles plus en aval

De quoi trancher avec le reste du cirque, exposé aux températures redoutables de l’été. En septembre, les 18° de la Vis n’incitent pas forcément au plongeon mais renvoient un bruit de fond agréable qui rythme notre marche. Sous le couvert des arbres, parfois même dans des sortes de couloirs végétaux, l’ambiance tranche rigoureusement avec celle du début de la randonnée. Sous l’oeil des hauts versants du cirque, la marche se fait paisible et sans véritable effort physique. Jusqu’à nous amener à notre destination : les Moulins de la Foux.

navacelles la vis
La fraîcheur de la Vis accompagne les pas du marcheur dès lors que le fond du cirque est atteint. Pour une fois que « toucher le fond » peut être synonyme de plaisir, pourquoi s’en priver ?

Bruit de l’eau qui chute. Sentier soudainement caladé. D’antiques demeures qui jaillissent à travers les arbres. Nous entrons dans un lieu chargé d’histoire. Des hommes sont venus jadis construire des moulins dans cet endroit confiné et étroit où la résurgence de la Vis donnait à l’eau un authentique pouvoir dynamique. Les versants se sont presque refermés sur nous. La rivière, qui jaillit de sous les rochers comme par magie, passe sous de vastes porches construits en-dessous des bâtiments.

Impossible de demeurer insensible face à l’abnégation et aux prouesses de construction de ces hommes des siècles passés qui ont réussi à exploiter un site à leurs propres fins sans pour autant le dénaturer. Des centaines d’années plus tard, le fruit de leur labeur est toujours aussi beau à contempler

Les murs épousent le rocher qui sert de fondations. L’endroit serait déjà incroyable si ce n’était cette rivière qui, passé les chutes, redevient tranquille et incroyablement translucide tandis qu’elle s’engage dans les étroites gorges de la Vis, en direction de Navacelles. Le site se prête idéalement à l’exploration hors des traces de balisage officielles. Mention spéciale à cette petite partie, en aval des Moulins, qui permet au randonneur de contempler l’entrée des gorges. Un bel endroit pour communier avec le lieu et s’imaginer la vie des hommes, des siècles plus tôt, utilisant la force de l’eau pour transformer le blé en farine. Fascinant.

moulins de la foux
Incroyable site que celui des Moulins de la Foux. Trop vaste pour réussir à ce que tout rentre dans l’objectif. Un trésor à ciel ouvert où l’eau coule autant que les souvenirs

Après avoir traversé la Vis, le sentier repart sur l’autre rive, en mode « ascension ». Une jolie pente, pas mal fréquentée par un public pas forcément randonneur qui a laissé son véhicule un peu plus haut. On les voit descendre et on se demande secrètement s’ils vont réussir à remonter. Le parking en question s’atteint assez rapidement. Il faut ensuite emprunter un peu la route pour récupérer plus bas, à gauche, un nouveau chemin qui part en direction de Navacelles. De ce côté du cirque, la vue est nettement plus ouverte et l’aspect « en balcon » du sentier, permet constamment d’embrasser la beauté du lieu dans sa globalité.

Promenade à flanc sur les grands espaces ouverts des pentes nord du cirque de Navacelles. Une déambulation offrant de nouvelles perspectives sur ce lieu hors-norme où, comme souvent, la Nature s’est outrageusement surpassée

Nous naviguons à flanc de pente, dans un bel océan de roux lumineux. La sente se fraie un chemin entre buis et coulées de pierres en direction du hameau de Navacelles, qu’on rejoint en même temps que le GR®7. Nous voici au nord du fer à cheval qui caractérise le cirque. La Vis, après avoir longtemps emprunté le méandre – désormais à sec – a fini par forcer le passage à travers des roches tendres, coupant aujourd’hui au plus court au-dessus du hameau afin de poursuivre sa route en direction de Ganges, où elle se jette finalement dans l’Hérault.

navacelles le pont
Fabuleux endroit que le pont jeté au-dessus de la Vis et qui permet au marcheur d’entrer dans le hameau de Navacelles

Je n’étais pas au bout de mes surprises avec cette fameuse Vis. Déjà, il y a l’entrée royale dans le hameau de Navacelles, effectuée sur un superbe pont de pierre, façon pont romain. En soi cela doit être la plus belle façon d’entrer dans le village. Ensuite il y a ces cascades, inattendues, qui apparaissent quelques dizaines de mètres plus loin. Le cours de la rivière, alors tout ce qu’il y a de plus calme, se rompt subitement pour donner naissance à de jolies chutes, dispersées dans un cadre de verdure et de rochers. Un dernier baroud d’honneur de la rivière avant de disparaître de notre vue.

Le pont sur la Vis à l’automne et sous le soleil de septembre dégage quelque chose d’incroyablement romantique. Si Monet n’avait pas peint Giverny, c’est sûrement dans l’Hérault, à Navacelles, qu’il serait venu donner vie à ses célèbres toiles.

Le balisage trouve ensuite sa voie entre les vieilles pierres du hameau dont on arpente la rue principale avec la sensation de voyager dans le temps. Il s’en éloigne progressivement pour remonter la pente du cirque et rejoindre la route, coupée en début de randonnée. On enchaîne sur le sentier parcouru ce matin tandis que le cirque baigne maintenant dans la lumière dorée d’une belle journée d’automne ensoleillée. Des contrastes exceptionnels, que seule cette époque de l’année sait produire. La fraîcheur du vent nous cueille à notre retour à Baume Auriol. C’est plus fort que moi : je retourne me percher sur mon rocher pour contempler une dernière fois Navacelles. Grand Site de France et tout simplement grand site tout court !

cirque de navacelles
Fin de journée et fin de randonnée au Belvédère de la Baume Auriol, les yeux dans les yeux avec le cirque. Exceptionnel !

– INFOS PRATIQUES –

Carte : IGN TOP25 1/25000è 2642ET Saint-Guilhem-le-Désert
Accès : en voiture, Montpellier, par A9, sortie 31 « Montpellier-ouest ». Au rond-point, après le péage, suivre « Croix d’Argent, Hopitaux-Facultés ». Au suivant, prendre à gauche « Béziers, Sète, Millau ». Plus loin, tenir la droite, direction Millau. Au rond-point suivant, continuer tout droit. Plus loin, tenir la gauche, direction Millau. Rejoindre ainsi l’A750 et prendre la sortie 52 « Soubès ». Suivre la D25 et s’élever sur le Causse et traverser Saint-Pierre-de-la-Fage. Au niveau du Mas de Bedos, continuer à gauche, toujours par la D25, direction Saint-Maurice-de-Navacelles. A Saint-Maurice, suivre à gauche la D130 jusqu’à Baume Auriol. Stationnement sur le parking aménagé près de l’Auberge et de la Maison du Cirque.
Topo : du parking, se diriger vers le panneau de présentation de la randonnée, à l’ouest du bâtiment de la Baume Auriol. Suivre au sol les marques jaunes qui déambulent à travers buis avant d’arrondir à droite dans un couloir végétal. Au niveau d’une antenne relais, le sentier bascule dans le cirque. Il s’aplanit au niveau d’une épaule massive dont il suit la ligne quelques temps avant de poursuivre sa descente. Au croisement avec la route, prendre à gauche et descendre celle-ci jusqu’à une intersection de routes. Repérer à gauche un chemin assez large qui part entre les routes. Il va remonter le long de la Vis pendant un moment. Au croisement avec le poteau « Moulins de la Foux », laissez le GR de Pays poursuivre vers Vissec et basculer à droite, vers les Moulins. Traverser le site et la Vis et poursuivre en face. On remonte sur l’autre versant jusqu’à atteindre la route et un parking. Descendre à droite par la route quelques temps pour emprunter, plus bas à gauche, un chemin partant à flanc. Il s’engage dans le cirque jusqu’au hameau de Navacelles qu’on atteint par le pont. Ignorer le panneau indiquant « Navacelles » par la droite pour aller visiter les cascades en aller-retour. Revenir au panneau et monter en direction du village. Le traverser et poursuivre par le balisage jaune en direction de la Baume Auriol. On recoupe la route : traverser et poursuivre par le chemin de l’aller. Retour à la Baume Auriol.

Notes : il est possible d’en faire moins pour les personnes souhaitant s’épargner la descente, puis la remontée, depuis Baume Auriol. Il suffit de continuer par la route D130 et de se stationner sur le parking à l’entrée du hameau de Navacelles. La boucle passe ainsi à 3h30, pour 10km et 165 mètres de dénivelé. Attention à la météo : éviter les bords de la Vis par temps de crue.
Les hébergements : je n’ai fait que passer par le hameau de Navacelles mais vous avez la possibilité d’y dormir, sachez-le. J’ai repéré deux adresses sur le site. La première c’est l’Auberge de la Cascade qui propose la demi-pension pour 2 personnes à partir de 55 euros. La seconde, c’est la chambre d’hôtes L’Oustal del Passejaire qui offre 3 chambres à partir de 60 euros pour deux personnes. Les deux ont l’air plutôt sympa, le tout dans un cadre somme toute assez grandiose !
Liens Utiles : tout, tout, tout, vous saurez tout sur le Cirque de Navacelles. C’est en tout cas ce qu’il semble possible en visitant le site du 15ème Grand Site de France, histoire d’être incollable sur le sujet en arrivant à la Baume Auriol. D’une manière plus large, pour des informations sur le territoire du Cirque de Navacelles, rendez-vous sur le site de l’Office de Tourisme du Lodévois Larzac. Et, évidemment, pour celles et ceux qui se posent mille et une questions sur le département, c’est du côté de la page de Hérault Tourisme qu’il faudra cliquer. Enfin, si le Cirque de Navacelles vous a inspiré d’autres découvertes de Grands Sites de France, rendez-vous sur la page officielle du label pour connaître les quatorze autres sites.
Bibliographie : L’Hérault… à pied | C’est la 6ème édition du topo-guide officiel édité par la Fédération Française de Randonnée Pédestre. 69 itinéraires de Promenade & Randonnée y sont recensés pour approfondir votre découverte de l’Hérault, accompagnés de leurs cartes et de leurs explications.Prix indicatif : 15,20 € | Ref.D034

EN BREF

Assurément un site incontournable du département et même de la France toute entière. On doit avoir marché dans le Cirque de Navacelles dans sa vie, c’est tout, c’est comme ça ! Mention spéciale à l’automne qui offre des conditions de couleurs, de températures et de fréquentation, totalement optimales. Ne réfléchissez plus : allez-y !

by-nc-ndCe reportage Carnets de Rando, sous licence Creative Commons, est la propriété exclusive de Carnets de Rando. Son usage à des fins non commerciales est autorisé à condition de mentionner son appartenance au site www.carnetsderando.net. Pour toute autre utilisation, merci de me contacter.

Comments

  1. Très bel article et magnifique vidéo !
    Merci pour votre visite & à bientôt,
    L’équipe Tourisme Lodévois et Larzac

    1. On a passé un très bon moment sur ce tournage, comme d’habitude ai-je envie de dire ! Il ne manquait plus que le drone ! Je suis content si vous appréciez cet épisode. Merci à Michel de nous avoir accompagnés ce jour-là et d’avoir pris la parole pour évoquer les Moulins de la Foux !

Laisser un commentaire

This Blog will give regular Commentators DoFollow Status. Implemented from IT Blögg