Les Gorges de la Borne

Aux confins de l’Ardèche méridionale, à seulement quelques kilomètres de la Lozère et des Cévennes, le petit village thermal de Saint-Laurent-les-Bains semble retiré du monde. Plus que jamais l’Ardèche peut revendiquer ici le caractère sauvage qui la définit. De pessières en hêtraies, le randonneur en route pour les gorges de la Borne se coupe de tout rappel à la civilisation pour une immersion en pleine nature, au gré de paysages changeants où l’eau joue les fils directeurs. Au bout du chemin, la Borne, une rivière joueuse et parfois tumultueuse, qui se dévoile au-delà d’un impressionnant roc flanqué d’un donjon médiéval.

CARNET DE TOURNAGE

Je ne me lasserai jamais de ces surprenants paysages ardéchois, profondément creusés, toujours exigeants. Du nord au sud du département, où que l’on soit, s’enfoncer au cœur de l’Ardèche c’est immanquablement monter pour mieux redescendre dans un cycle où l’enchantement peut le disputer à l’épuisement selon son moyen de locomotion ! Enfant, je me rappelle d’un slogan qui vocalisait en s’exclamant « l’Ardèche, ça n’est jamais plat ». Et c’est l’exacte vérité ! Mais chaque vallée est une découverte, chaque passage de col porte en lui la promesse de nouveaux secrets à lever. Et cette randonnée au-delà de Saint-Laurent-les-Bains le tient encore pour preuve. Avant même d’avoir le temps de m’en rendre compte, je me retrouve dans l’ombre d’un nouveau paysage : une épaisse et haute pessière, l’une de ces immenses forêts de hauts épicéas, venue subitement tamiser le soleil radieux qui brille sur l’Ardèche ce jour-là. La nuit en plein jour, qui semble autant étouffer la lumière que les sons. Je la traverse sur la pointe des pieds, de crainte de troubler le silence surnaturel qui enveloppe le sous-bois, avant de rejoindre une arche aveuglante qui marque le passage de la crête. La frontière végétale y est nette et presque dérangeante. Pas une seule racine de résineux ne s’aventure sur l’autre versant où leur font face une armée de hêtres. Sous la futaie, la lumière reprend ses droits et la forêt éclate à nouveau des mille feux de l’automne. Me voici maintenant à fouler le tapis épais et roux des feuilles mortes qui se déroule sous mes pieds en descendant en lacets vers le ruisseau de Beldous.
Ardèche | Gorges de la Borne

EN SAVOIR PLUS

Difficulté : moyen | Distance : 13,5 km | Durée : 5h30 | Dénivelé : 1100m
Carte : IGN TOP25 1/25.000 2838OT, Largentière, La Bastide-Puylaurent, Vivarais Cévenol
Accès : Du rond-point à l’est des Vans, sur la D901, en venant de Vallon-Pont-d’Arc, suivre à droite autres directions, centre ville. Au rond-point (zone commerciale), suivre à gauche centre ville. Au rond-point suivant (hôtel restaurant du Vivarais), tourner à droite par D104a, direction Aubenas, Largentière et Lablachère. Un peu plus loin tourner à gauche par D10, direction Saint-Laurent-les-Bains, les Salelles. Suivre la D10 et sortir des Vans. Juste après le pont étroit sur le Chassezac, tourner à gauche, toujours sur la D10. Grimper pendant 14 km. Au croisement avec la D4 –auberge de Peyre – prendre à gauche et suivre cette route sans la quitter pendant environ 21 km jusqu\’à Saint-Laurent-les-Bains.
Notes : randonnée en aller-retour. Possibilité de varier une partie du chemin du retour en bifurquant à gauche par le PR en direction de Costelonge au carrefour de la Croisette : un très joli chemin ceci dit au passage. Les plus courageux pourront se lancer dans une boucle assez longue, au-delà de Chazalettes, en rejoignant les crêtes et le col de Pratazalier via le sommet de Pezouillouses. Suivre ensuite longuement le GR7 jusqu’au coulet de Pecovol, puis la Croix du Pal, où on recroise le GR72 qu’on emprunte à gauche pour descendre vers Saint-Laurent-les-Bains. Une journée qui s’achèvera alors à près de 20km et 1200m de dénivelé !
Topo : le parcours décrit dans le reportage n’est pas référencé tel quel. En revanche, le site de la Montagne Ardéchoise propose une fiche rando consacrée aux Gorges au départ du village de Borne. Fiche en téléchargement libre.
Plus d’infos : site de la Montagne Ardéchoise.

EN BREF

De l’Ardèche sauvage comme on l’aime, au coeur de bois et de forêts où le randonneur est littéralement happé par une atmosphère surnaturelle. Un charme hypnotique qui se poursuit en découvrant le village reculé de Borne et sa rivière impétueuse. Une randonnée qui frappe par son côté nature et vrai.

Ardèche | logoCe reportage Carnets de Rando réalisé en faveur de l’ADT de l’Ardèche est la propriété exclusive de Carnets de Rando. Son usage à des fins non commerciales est autorisé à condition de mentionner son appartenance au site www.carnetsderando.net. Pour toute autre utilisation, merci de me contacter.

Laisser un commentaire

This Blog will give regular Commentators DoFollow Status. Implemented from IT Blögg