Arselle

Le Plateau de l’Arselle

Hiver comme été, le plateau de l’Arselle est un petit paradis de la randonnée. Quand vient la neige, un épais manteau blanc recouvre ses 45 hectares et, à l’ombre de ses immenses résineux enveloppés d’une gangue glacée, le randonneur pourrait presque se croire au cœur d’une vaste forêt du Canada. De l’autre côté des crêtes qui en ferment la circonférence, c’est la vallée de la Romanche, frontière avec les massifs voisins de l’Oisans et du Taillefer. Fenêtre grandiose sur ce panorama, le Trou de l’Homme se révèle à qui sait la trouver ! En raquettes à neige, je vous emmène déambuler dans ce petit paradis boisé et truffé de lieux secrets.

Déambuler dans les épicéas géants courbant leurs immenses branchages sous le poids de la neige m’a toujours renvoyé à l’esprit ce que nous étions face à la nature : minuscule. Ce matin-là, je suis seul au monde et le crissement du plastique de mes raquettes rompt un silence aussi lourd que les colonnes de neige accrochées aux hauts résineux. J’arrive au plateau après m’être laissé glisser par les sentiers ceinturant les Domaines de l’Arselle. Quand on est un ancien chamroussien, on connaît un peu tous les chemins de traverse.

Arselle

La zone du plateau est en vue. La vision se libère. Tourbière aérée et fleurie l’été, l’Arselle se transforme en une vaste prairie enneigée une fois l’hiver venu. Les skieurs de fond remplacent les randonneurs et font leur cet espace immense, classé Natura 2000. Les promeneurs en raquettes sont eux déviés sur des itinéraires de substitution leur permettant de réaliser de belles boucles forestières ou bien de démarrer des randonnées plus longues pour rejoindre, par exemple, le Lac Achard.

Arselle

Arselle

La face nord du Taillefer s’impose au-dessus de crêtes boisées dont la ligne discontinue dissimule des précipices s’effondrant jusqu’à la Romanche, en contrebas. L’hiver, un entrelac de sentiers balisés sinuent entre les troncs des épicéas, plus ou moins entretenus par les passages fréquents des guides et de leurs groupes. C’est l’un d’eux que je choisis d’emprunter en me réservant la possibilité de le quitter à tout moment pour partir à la recherche du Trou de l’Homme.

Arselle

Côté face, l’Arselle se veut un terrain de jeu bien délimité pour les skieurs de fond et les randonneurs à raquettes, à l’écart de l’agitation de la station de ski. Côté pile, se révèle, à l’inverse, un univers de nature secret où, l’hiver, se perdre peut autant devenir plaisir qu’enfer ! L’intérêt du Plateau de l’Arselle à raquettes tient aussi, et surtout, à cet aspect libertaire. Dans ce labyrinthe bichrome où il est possible de réinventer sa trace à l’infini se cache une poignée de lieux secrets contribuant à élever l’intérêt de la randonnée.

Un bon sens de l’orientation sera donc exigé l’hiver pour éviter de tourner indéfiniment en rond dans cet univers végétal où la neige efface chaque indice et où rien ne ressemble plus à un arbre qu’un autre arbre. Rapidement cerné par de fiers représentants de Picea Abies, le randonneur naufragé devra faire son propre chemin dans ce petit bout de Belledonne qui ressemble à s’y méprendre à une forêt canadienne ! Oubliés la station de ski et les adeptes du fond glissant dans leurs traces rectilignes : la raquette hors des sentiers battus offre au marcheur curieux et volontaire une immersion totale dans un écrin blanc et voluptueusement sauvage.

C’est ainsi que je débouche au petit belvédère du Trou de l’Homme, brèche ravinée dégringolant dans les abimes de la Romanche et où, avec un peu de chance, peuvent s’apercevoir quelques chamois solitaires. Des instants de communion avec la vie sauvage où s’éprouve le plaisir de se tenir dans un lieu dont, finalement, peu de gens connaissent l’existence. En plus du Taillefer, c’est le Grand Galbert qu’on peut aussi reconnaître et, encore plus haut dans la vallée, le début du massif des Grandes Rousses.

Cette petite parenthèse sauvage refermée, j’en reviens à mon itinéraire balisé. Je retrouve les petits marmottes à raquettes de la signalétique qui me guident sur la suite du tracé. Le balisage continue de jouer avec la forêt, louvoyant entre des champignons de neige anthropomorphes aux formes figées par l’hiver. Quand les résineux ouvrent à nouveau leurs branches, c’est pour révéler l’autre côté du plateau qui s’étire en grisonnant sous des nuages annonciateurs de neige. Je le traverse dans le couloir réservé aux raquettes et rejoins sans difficulté le foyer de ski de fond. Fin d’une bonne bouffée d’oxygène.

LE PLATEAU DE L’ARSELLE : INFORMATIONS PRATIQUES

Difficulté : facile
Distance : 3,5 km
Durée : 1h45
Dénivelé : 90m
Carte : IGN TOP25 1/25000è 3335OT Grenoble, Chamrousse, Belledonne

ACCÈS À CHAMROUSSE

Le principal accès à la station de Chamrousse s’effectue depuis Grenoble (accès par A48 depuis Lyon ou le nord, A49 depuis Valence et l’A7/A9, A41 depuis Chambéry ou Albertville, A51 depuis Gap). Quelle que soit la provenance, suivre la direction Belledonne, Uriage, Chamrousse et prendre la sortie 2 Gières-centre, Uriage en suivant la direction Uriage. Rejoindre Uriage par la D524 et traverser toute la commune en suivant la direction Vizille et Vaulnaveys. Au rond-point de la sortie d’Uriage, prendre à gauche la D111 direction Chamrousse par le lac Luitel. Monter et dépasser Prémol, puis la Réserve Naturelle du Lac Luitel en direction de Chamrousse. 1 km avant la station, repérer et prendre à droite la petite route d’accès à l’Espace Nordique. Stationnement sur le parking terminal.

Arselle

PLATEAU DE L’ARSELLE : LE TOPO

Le départ de la randonnée s’effectue derrière le foyer de ski de fond. Bien repérer les traces réservées aux raquettes – signalétique explicite – et ne surtout pas les confondre avec les itinéraires de ski de fond, si vous ne voulez pas vous faire enguirlander par les skieurs !

En général, la trace qui part derrière le foyer est large et facile à suivre. Elle se rétrécit souvent à une trace plus étroite quand elle atteint la forêt et ce jusqu’à la jonction avec l’itinéraire grimpant ensuite vers le lac Achard (1), vers 1630m d’altitude. Il y a parfois des variantes qui se faufilent dans la forêt, passent par le pont et poursuivent dans le thalweg jusqu’à cette intersection.

À partir de là, plus de balisage jusqu’à la Brèche de l’Homme (2) : l’exercice consiste en une prospection à travers les épicéas, en direction de l’extrémité du plateau. Parfois une trace peut se trouver, faite par les accompagnateurs locaux. Si vous sentez que ça monte trop, c’est que vous êtes en chemin pour le sommet du Rocher de l’Homme : redescendez !

Depuis la Brèche, revenez par le même itinéraire jusqu’à (1) et prenez à gauche. Le sentier raquettes s’écarte plus loin dans la forêt, à gauche, d’une part pour éviter le tracé des skieurs et, d’autre part, pour proposer une échappée forestière sympa qui navigue sous l’arrondi du sommet coté 1712 sur l’IGN (3).

Le retour se fait ensuite par le plateau, qu’on traverse entièrement pour retrouver l’accès au foyer de ski de fond.

Ce tracé correspond globalement au balisage de l’itinéraire vert n°1 disponible auprès de l’Office de Tourisme de Chamrousse. Il peut être pratique de l’avoir avec soi. Je dis « globalement » car l’hiver, la trace fluctue en fonction des chutes et de la manière dont les groupes, emmenés par les AMM, la retrace. Et aussi qu’il n’inclue pas le passage par la Brèche de l’Homme.

RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES

L’hiver, la donne change complètement sur le plateau de l’Arselle. S’il est possible de traverser les pistes de ski de fond, il est formellement interdit de les suivre intégralement. Si vous êtes contraints de le faire, pour une raison X ou Y, marchez tout près du bord, sans zig-zag. Si vous devez, à un moment donné, traverser la piste de ski de fond, enjambez la trace sans marcher dessus. Tout cela rend la partie occidentale du plateau plus difficile d’accès en hiver.

Par ailleurs, les conditions d’enneigement peuvent faire varier la traçabilité de l’itinéraire. A moins de bien connaître le terrain, il est prudent de ne pas quitter les traces principales qui sont en général réalisées et entretenues par les accompagnateurs en montagne de Chamrousse. Une recommandation particulièrement valable lorsqu’on approche des falaises. Au Trou de l’Homme, notamment, veillez à rester bien en retrait du bord de celles-ci. L’endroit est un peu exigu et sans aucune protection.

On évitera cette randonnée les jours de neige et de brouillard, à moins de connaître préalablement le terrain. J’attire votre attention que des accidents, parfois mortels, ont déjà eu lieu sur l’Arselle en hiver. La plupart dus à de l’imprudence après avoir quitté les sentiers balisés. Si vous préférez être accompagnés et guidés pour découvrir l’endroit, demandez à rejoindre un groupe constitué.

Arselle

DIFFICULTÉ

Le plateau de l’Arselle est du pain béni pour celles et ceux qui veulent s’initier à l’activité raquette. D’abord parce qu’il présente une alternance de paysages ouverts – l’espace du plateau est charmant – et forestiers, ensuite parce que le dénivelé est quasi absent pour les moins sportifs. Ce circuit est donc facile, vraiment facile et très court. Seule la variante vers le Trou de l’Homme sera réservée à des pratiquants habitués à quitter les sentiers.

La difficulté peut augmenter en fonction de deux choses. D’abord l’enneigement : si de la neige fraîche est tombée en abondance et que la trace a disparu, progresser dans la neige vierge peut se révéler fatiguant. De plus, la trace est – du moins ici – une garantie de sécurité sur un plan orientation. Faire la trace sans connaître le terrain peut être dangereux. Ensuite vient le facteur météo. Trace ou pas trace, l’Arselle dans la tempête ou le brouillard est vivement déconseillé sans être bien équipé, expérimenté et doté d’une parfaite connaissance du terrain.

AVIS PERSONNEL

Ha, le plateau de l’Arselle… Je ne compte plus le nombre de fois où je m’y suis promené. Quand on a été chamroussien pendant onze ans, l’Arselle c’est un petit peu comme un jardin. Hiver comme été, autant dire que j’en ai bien poncé chaque recoin et que je garde un attachement particulier envers cet endroit paisible et aéré.

Je ne me lasse pas de la vue sur la face nord du Taillefer, dressé derrière les arrondis boisés du Rocher de l’Homme. J’aime le calme profond de cet endroit. S’y promener l’hiver, à raquettes, quand la forêt est plongée sous la neige, c’est un moment magique, immensément reposant.

En été on y découvre une tourbière d’altitude colorée et incroyablement riche, en hiver on y évolue dans le silence étonnant des flocons. A toutes les saisons on peut s’aventurer sur ces crêtes offrant de superbes perspectives sur la vallée de la Romanche, notamment au Trou de l’Homme. À mes yeux, le Plateau de l’Arselle, c’est un classique à la fois facile et accessible.

HÉBERGEMENT ASSOCIÉ

Auberge du Virage

On ne peut pas dire que l’offre hôtelière soit très étoffée à Chamrousse. Si vous venez pour une seule nuit, votre choix se portera forcément sur l’Hôtel du Virage, tenu – à l’époque où j’écris – par David et Barbara Mas. David est fan de VTT et, avec sa femme, ce sont des chamroussiens de la première heure. Ils seront toujours ravis de vous accueillir dans leur petit hôtel, situé à l’entrée de Chamrousse 1650 – Le Recoin, quand on arrive depuis Les Seiglières. L’hiver, les chambres sont plus chères et les tarifs démarrent à 84 euros la double. Côté restaurant, on est à la montagne et on vous servira du traditionnel avec des spécialités à base, forcément, de fromage ! Contact : tel. 04.76.89.90.63 / Mail : contact@aubergeduvirage.com

AUTRES ITINÉRAIRES À PROXIMITÉ

>> Le Lac Achard à raquettes

by-nc-ndCe reportage Carnets de Rando, sous licence Creative Commons, est la propriété exclusive de Carnets de Rando. Son usage à des fins non commerciales est autorisé à condition de mentionner son appartenance au site www.carnetsderando.net. Pour toute autre utilisation, merci de me contacter.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This Blog will give regular Commentators DoFollow Status. Implemented from IT Blögg

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.