GR20 : du mythe à la réalité

Vous aimerez aussi...

21 réponses

  1. Merci pour l’article !
    C’est une vision que je partage complètement. Le GR 20 n’est pas si terrible. J’ai vécu 2 ans en Corse et je l’ai parcouru une fois dans sa totalité. Le mythe du GR 20 repose à mon avis sur 2 choses :
    1) Le faite que le terrain soit en général très rocailleux et donc beaucoup moins « roulant » que pas mal de sentiers comme dans les alpes par exemple.
    2) Le faite qu’il y ai quelques petits passages technique, mais il y a toujours une chaine ou un câble pour se rassurer et même s’assurer 🙂 J’apprend dans cet article que le cirque de la solitude est fermé. C’était le passage qui faisait peur aux randonneurs peu expérimentés… Donc, avec un minimum de préparation ce n’est pas si dur ! Mais qu’est-ce que c’est beau !

  2. Excellent article ! Ce GR me fait de l’oeil depuis très longtemps et effectivement il est qualifié de « plus dur d’Europe » voire « du Monde » pour certains.
    J’ai déjà fait quelques étapes et cela ne me paraissait pas insurmontable comme tu le dis bien.
    En revanche, selon toi, combien de jours sont nécessaires pour en apprécier toutes les facettes (avec quelques variantes par exemple) ?

    • carnetsderando dit :

      Salut ! Tout est une question de point de vue et d’expérience, je pense. Et aussi un peu de marketing héhé… C’est comme les films d’horreur le GR20 : si tu n’en as pas vu beaucoup avant, tu as l’impression que le premier que tu vois c’est le plus flippant de toute l’histoire du cinéma. Mais en fait non. Sans toutefois remettre en cause les difficultés intrinsèques de celui-ci, il n’en demeure pas moins que, à mes yeux, on en fait des tonnes sur ce GR. Mais ça reste un grand classique qui ne déçoit pas, quoiqu’il en soit ! Alors, euh,… combien de jours pour une expérience globale réussie et mémorable ? Tout dépend si tu veux le faire entièrement ou si tu vises un tronçon particulier. Perso, je trouve que les variantes avec les sommets sont des must pour les amoureux de montagne. C’est trop con de passer à côté sans les faire. Mais les intégrer à la journée de marche c’est sport… On l’a fait avec tous, sauf la Paglia d’Orba où il faut prendre un jour supplémentaires. Il faut éviter de doubler les étapes de la partie nord. Elles sont déjà longues. C’est plus sur le sud qu’il y a moyen de moyenner. Quant aux variantes, il y en a des incontournables, comme celle de Bavella par exemple. Je ne comprends même pas que ce ne soit pas le tracé normal du GR20 qui passe par-là. C’est juste magnifique. Bref, je dirais qu’en lieu et place des 16 jours, il y a moyen de boucler le GR entre 12 et 14 jours en en profitant un max. J’ai oublié, dans mon article, de parler aussi de l’importance de savoir faire des pauses. Il y a des endroits somptueux pour se baigner. Certains passent à côté par peur de ne pas arriver assez tôt au refuge. Mais on s’en fout ! La Corse, il faut aussi prendre le temps de la savourer. Ca reste un voyage et un plaisir. Si c’est pour courir et souffrir tout le long, en passant à côté de plein de choses, je comprends pas. Mais bon, c’est ma sensibilité et ça reste un point de vue purement personnel !

  3. Janvier Catherine dit :

    Une excellente description de la réalité !! Un petit bemol sur le bivouac qui en haute saison est interdit en plus avec un réchaud!

    • carnetsderando dit :

      Merci Catherine ! Je me suis peut-être mal exprimé dans l’article si vous avez compris que je parlais de bivouac en pleine nature. Quand j’évoquais l’autonomie, je parlais de porter sa tente, sa popote et son réchaud sur les emplacements prévus autour des refuges, en s’étant acquitté du prix par personne pour cela. En aucun cas je parlais ou encourageais à bivouaquer dans le Parc Naturel Régional au p’tit bonheur !

  4. dédé dit :

    Bonjour
    Excellent article et je partage entièrement ton point de vue, étant corse vivant sur le continent, j’y viens tous les ans aux vacances et j’y fait pas mal de randos, je fais le GR en plusieurs fois ( en 3 fois 5 étapes par an, je ferais la dernière partie cet été mais j’en connais déjà les 3/4) car il faut se partager entre la famille et les amis mais je le referais bien en une fois plus tard quand j’aurai plus de temps.
    voir ici si tu en as la curiosité.
    https://dedbond.wordpress.com/

  5. Cdric dit :

    Très bel article
    Nous l’avons réalisé l’été dernier avec ma compagne en onze jours faute de temps et avec notre maison sur le dos ( 21kg pour moi 17 pour madame)
    Le plus dur fut le retour à la vraie vie que de bons souvenirs

  6. Randopolodoc dit :

    Il y a 2 éléments déterminants :
    1/ le poids du sac : il est tout a fait possible de partir avec 12 kg eau et tente comprise en mangeant le midi sandwich, fromages et saucissons achetés au fur à mesure sur les refuges et autres bergeries rencontrées et le soir plats déshydratés à base de pâtes achetées avant le départ .
    2/ se coucher tôt pour se lever tôt et partir au lever du jour à la fraiche ce qui permet d’adapter ensuite la distance du jour .
    Encore une fois un GR20 réussi nécéssite d’avoir déjà une exprérience de randonnée longue sur GR …
    PS : GR 20 effectué en 06/2013 sens nord-sud en 9 jours

  7. Voyageur du 41 dit :

    Bonjour,
    j’ai effectué le parcours du GR20 4 fois dont deux fois en 8 jours, et les deux autres fois en prenant tout mon temps. 16 jours et 12 jours. Je pense que chacun vit son GR20 différemment, notamment par rapport à sa capacité physique. Mais le GR20 reste mythique. Par contre sans préparation sérieuse, l’expédition est dangereuse. Les paysages sont somptueux et les rencontres extraordinaires.
    Je préfère le nouveau parcours par le Monté Cinto plutôt que le cirque de la solitude, qui restait plus technique que magnifique. Par contre le danger reste le même entre ASCO et la montée au plus haut sommet de Corse. Les éboulis sont tout autant à craindre que sur l’ancien tracé.
    Sinon

  8. Bjr, je suis entièrement d’accord avec toi à propos de ce GR. Je l’ai fait 2 fois dans son intégralité…la première en 9 jours avec 22kg sur le dos et début Juin dans la neige, les orages et la grêle….et j’en ai un » peu » bavé. la seconde en accompagnant un ami en 16 jours et 14kg sur le dos….c’était une balade!!!!. Pour quelqu’un qui est un peu en condition physique, qui a l’habitude de la marche en montagne, ça se fait facilement. Je mettrai un petit bémol sur la partie Nord du GR qui est quand même bien plus technique que la suite. merci pour l’article

  9. Patoche dit :

    Je suis entièrement d’accord avec l’auteur de cet article. Je ne suis pas un expert de la randonnée et ai parcouru ce beau GR20 ( deux fois) sans trop de difficultés, avec un minimum de préparation. En 2002, les refuges ne proposaient pas de repas mais quelques produits régionaux (chers), il fallait porter sa nourriture d’où sac à dos plus lourd.
    Je garde un excellent souvenir de cette aventure, avec des paysages extraordinaires, différents chaque jour. Ne vous sous-estimez pas : si vous aimez la randonnée, avec une bonne préparation, vous pouvez affronter le GR Corse.

  10. Walking Olive dit :

    Merci, très bon briefing lorsqu’on prépare ce GR !

  11. Cora dit :

    Superbe article David !! Joliment écrit, très agréable à lire et bourré de vérités !!!!
    J’approuve et partage….;-)
    Trekkings à suivre….!!

  12. Coralie dit :

    Superbe article David !! Joliment écrit, très agréable à lire et bourré de vérités !!!!
    J’approuve et partage….;-)
    Trekkings à suivre….!!

  13. Michel dit :

    Merci pour ce topo qui me redonne l’envie d’attraper quelques ampoules au pieds…
    A mon sens, il n’y a pas de GR (ou tout autre chemin) qui soit plus dur qu’un autre. Tout dépend de ce que l’on attend, de ses propres expériences, de la météo, de la flexibilité de la queue de la vache etc..
    Ma dulcinée a coulé une bielle cet été dans les aiguilles de Bavella et nous sommes redescendu à PoVo. Je sais maintenant que ma prochaine virée se fera en solo. Je relirai ces jours prochains ton article avec toute l’attention qu’il mérite. Le mois de mai est proche et j’ai les orteilles qui frétillent…

  14. Jacques Vigier dit :

    Excellent billet de blog. Certes le GR 20 n’est pas une promenade pour baladeur en claquettes, notamment le passage du cirque de la solitude. Toutefois un randonneur / montagnard expérimenté ne devrait pas se trouver en difficultés hors météo incertaine donc prise de risque inconsidérée.
    Je me permettrais d’etablir un parallèle ( donc subjectif et discutable ) avec l’ascension du Mont Blanc : fondamentalement pas technique, ce n’est qu’un gros t’as de neige, mais demandant une préparation physique et mentale adaptées, ainsi que le recours à un GHM si on n’est pas un montagnard chevronné.
    Cependant, la démocratisation de la montagne et le côté « challenge, allez on s’le fait » y drainent des cohortes de gens impréparés qui alimentent la réputation de difficulté et de dangerosité. Ainsi en est il pour le GR 20 à mon sens.
    Cela dit, je partage votre opinion sur le niveau intrinsèquement plus relevé de la HRP qui en plus de.être particulièrement escarpée (!) est en plus sacrément longue.
    Bonne randonnées à tous, bien cordialement

  15. Wiesner Norbert dit :

    Fait en 2016 du 28/08 au 9/09 Sud Nord pour les photos de Bavella à Vizzavona…par nous mêmes…Trés gros orage de grêle..Nous déplorons le non respect du randonneur par des locations de couvertures à 5€ la nuit ainsi qu’un plat de pâtes à 10€…une douche et un toilette pour 80 gîte du parc…..mis en quarantaine de Notre sac en arrivant à Ajaccio pour la puce de lit…
    Sinon un grand bravo pour tout au Capanelle les meilleurs ainsi qu’à Matalza et la Bergerie pour sa gentillesse malgré le vrai rustique..Norbert 67 ans..

  16. cath dit :

    Merci merci merci merci. Je viens de decouvrir votre site via un de vos messages sur fb. Quelle ressource! Apres avoir marche en ams je projette de realiser ce gr avec ma fille en juin ou septembre. Je ne comprends toujours pas cobien ca coute de camper avec sa propre tente? En tous cas votre article repond a pleins de questions que j avais.

  17. Coquenlorge dit :

    Valérie 51 je suis d’accord qu’avec une bonne préparation ce GR est accessible – A chacun de le réaliser à son rythme. Beaucoup d’abandons malgré tout et certaines arêtes et passages vertigineux dans le Nord. Rien à voir avec la rando dans les Alpes.De très jolies images gravées – La Corse vue d’en haut : magistrale !

  18. Très bel article et bien informé. Ce GR20 me fait aussi de l’oeil depuis un certain temps, je trouve que justement on peut varier la difficulté en fonction de sa forme et de ses envies. Je pense bientôt y faire un tour quand j’ai un peu de temps.
    Jean-Marc Peretti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This Blog will give regular Commentators DoFollow Status. Implemented from IT Blögg