GR470 – A travers la Margeride

Un monde de granit balayé par le vent des légendes. Alternative au Velay Volcanique, la Margeride s’ouvre, immense, aux pas du randonneur en route pour Langogne. Dans ce territoire rural dominé par l’agro-pastoralisme, la vie n’a jamais été simple. Tout ici témoigne de cette rudesse passée. Et c’est ici, dans ces vastes prairies vallonnées et coiffées d’épaisses forêts qu’a sévi jadis la fameuse Bête du Gévaudan. Un mythe qui imprègnera le marcheur tout au long de son parcours avant un final les pieds dans l’eau dans le cadre grandiose du plus grand lac de Lozère.

Au niveau de Prades, ce sont deux routes qui sont proposées au randonneur sur le GR470 pour rejoindre Langogne. D’une part celle du Velay Volcanique, via Chapeauroux et Landos, que vous avez découverte dans l’épisode précédent et, d’autre part, la Margeride, qui explore les territoires à l’ouest de l’Allier, via la Lozère, Saint-Préjet-d’Allier et Grandrieu.

Un seul GR et deux chemins. Pour rallier Langogne, le randonneur pourra choisir entre pile et face.

C’est cet itinéraire alternatif que j’ai choisi d’emprunter pour ce cinquième reportage, en saluant cette possibilité laissée au randonneur d’opter pour la découverte d’un territoire plutôt que l’autre.

GR470 Entre Saint Préjet et Chambon

Difficile de trancher entre les deux. Privilégier la partie Velay évite d’avoir à faire l’impasse sur le Nouveau Monde mais, dans ce cas, c’est le Lac de Naussac qui se retrouve exclu de l’itinéraire. Et vice-versa. Un casse-tête insoluble au moment de se décider, une poignée d’heures après Prades, peu avant de descendre sur Monistrol. Pour ceux qui opteront pour la Margeride, il faudra à cet endroit là suivre les balises du GR65 et faire cause commune avec les pèlerins pour Compostelle en route pour Saugues. On les laissera à leur route un peu plus tard, le temps de basculer en direction de Saint-Préjet-d’Allier.

GR470 bifurcation margeride

Changement de décor. La forêt se fait dense, la pente plus escarpée. Le sentier dégringole dans les entrailles de la vallée de l’Ance du sud, à l’écart de l’Allier laissé dans un vallon voisin. Son envergure moindre n’enlève rien au charme de ce petit torrent de montagne qui ouvre son intimité au marcheur de passage.

Un brin mystérieuse, la vallée de l’Ance enveloppe le marcheur dans le secret de son torrent malicieux.

L’atmosphère vibre d’une étrange intensité dans cette petite vallée qui s’encaisse encore et encore jusqu’à respirer à nouveau en dépassant le barrage de Saint-Préjet-d’Allier. Sans s’en rendre véritablement compte, on vient de faire notre entrée dans la Margeride.

IMGP5829

Vaste territoire que cette Margeride déployant ses immensités sur les départements du Cantal, de la Haute-Loire et de la Lozère. Un patchwork de hautes prairies et de forêts profondes, poussées sur un robuste socle de granit, qui confère au lieu un excitant côté « wilderness ».

L’ombre de la Bête du Gévaudan plane à chaque coin de la Margeride.

Terre de nature mais aussi de mystère, la Margeride baigne encore dans la légende de la Bête du Gévaudan. Au coeur de ses grandes landes désertiques, l’ombre de ce mythe monstrueux plane encore. Impossible de marcher sans penser à ces faits sanglants devenus aujourd’hui légendaires. Les Anglais ont le chien des Baskerville : la Lozère a sa bête du Gévaudan !

bête du gévaudan

Je fais mon entrée officielle dans ce département sur la route de Chambon-le-Château, à proximité du sommet du Tribe. Les villages sur mon chemin sont nombreux : Chambon donc, Grandrieu, Auroux… Ils ont tous en point commun de s’être développés à proximité d’une petite rivière, regroupant leurs maisons autour d’une colline, d’une butte ou accolés à la sécurité d’un relief. Les raisons de s’y attarder sont nombreuses et ne pas y flâner quelques minutes en passant serait presque péché. On y débusque même quelques curiosités qu’il serait dommage de manquer, comme ce très joli pont romain enjambant le Grandrieu et sur lequel passe le tracé du GR470.

GR470 grandrieu lozère

Entre chaque bourg, la Margeride reprend ses droits. Au-dessus d’Arcoux, ces chaos granitiques granuleux aux formes improbables commencent à jalonner le paysage. Ici l’homme a peu à peu déserté l’espace.

Dans ce territoire rural et pauvre, on ne faisait pas fortune. L’agropastoralisme était davantage synonyme de subsistance que de rentes.

Puis l’exode rural a achevé de conférer à la Margeride son visage actuel. Les amateurs de grands espaces et de solitude seront aux anges. On parcourt ici ce que je considère comme les dernières zones sauvages de France.

IMGP5830

A l’approche du lac de Naussac, on est déjà un pied à l’extérieur de ce qui constitue la véritable Margeride. Une transition forestière m’amène rapidement sur les rives de ce qui est le plus grand des lacs lozériens. Les activités nautiques font leur apparition dans le décor.

Après les grands espaces de la Margeride, la mer intérieure du lac de Naussac. Tout ici n’est décidément que démesure.

Le clapotis de l’eau mouillant la végétation accompagne désormais mes pas au fil d’un sentier qui s’emploie à suivre avec une régularité excessive le moindre pli du terrain. Rafraîchissant épisode que ces derniers kilomètres au bord de l’eau après ces journées passées au coeur du désert de granite de la Margeride.

IMGP5838

Avant de rejoindre Langogne, je croise la route d’Anne Goubert et de Fripouille, son âne. Compagnon local de randonnée, l’âne s’est retrouvé propulsé sur le devant de la scène depuis les aventures de Stevenson et de Modestine à travers les Cévennes. Loin d’être une tête de mule, l’animal se veut au contraire un auxiliaire utile, tout terrain et affectueux, capable de porter jusqu’à 40 kilos.

L’âne, ce drôle de petit compagnon pour se prendre pour un Stevenson des temps modernes.

Atout plutôt que handicap, l’âne est très populaire dans la région et ouvre de nouvelles perspectives à la randonnée, notamment itinérante. Une compagnie qui ne m’aurait pas déplu pour terminer les deux dernières étapes du GR470 jusqu’à la Bastide-Puylaurent !

anne goubert

INFOS PRATIQUES

Difficulté : moyen | Longueur : 70km | Durée : 3j | Dénivelé : 1730m
Carte : IGN 1/25000 TOP25 2736O Monistrol-d’Allier, 2737O Grandrieu & 2737E Langogne
Accès : en voiture, de Clermont-Ferrand ou de Montpellier, suivre l’A75 et prendre les sorties 20 ou 21 « Brioude ». Suivre la direction le-Puy-en-Velay par la N102 et, peu après avoir passé l’intersection vers Paulhaguet, tourner à droite par la D56. 10 kilomètres plus loin, à l’intersection avec la D585, tourner à gauche en direction de Langeac. Traverser Langeac et continuer par la D585 en direction de Chanteuges. A peine 2 km après Chanteuges, suivre à gauche la route qui descend à Saint-Arcons. On passe sous le village puis on laisse la D30 pour continuer en suivant l’Allier par la D48 jusqu’à Prades. En train : Prades est sur la ligne du Cévenol, le train touristique des Gorges de l’Allier qui joint Nimes à Clermont-Ferrand. Horaires à consulter sur le site de la ligne.
Topo : l’itinéraire du GR470 est intégralement téléchargeable sur le site officiel du sentier sous la forme de Rando-Fiches. Chaque fiche compte des extraits de carte avec tracé et points de renvoi vers un descriptif écrit de l’itinéraire à suivre. On y trouve également des informations thématiques sur le patrimoine, les éléments naturels, le paysage, etc. Cet épisode de Carnets de Rando correspond aux étapes 12, 13 et 14 du GR470 : Prades-Saint Préjet, Saint Préjet-Grandrieu, Grandrieu-Langogne.
Notes : rien de notable à signaler sur ce tronçon de l’itinéraire si ce n’est les remarques habituelles : porter un pantalon de randonnée léger peut être une alternative au short ou au bermuda si vous souhaitez protéger vos jambes des éventuelles piqûres/griffures sur les sentiers. En début de saison, quand les herbes sont hautes et la végétation encore un peu folle, ce n’est pas du luxe ! Pensez également à toujours avoir de l’eau avec vous car il peut faire très chaud sur les plateaux de la Margeride et la sanction est immédiate ! On trouve facilement de l’eau dans les villages. Inutile de se surcharger non plus dans le sac. N’oubliez pas non plus votre crème solaire.
Où dormir : une liste complète d’hébergements est disponible sur le site officiel du GR470 pour préparer vos étapes. Il est fortement recommandé de réserver à l’avance. Pour consulter cette liste rendez-vous sur cette page : la fiche téléchargeable est située tout en bas ! Pour ma part, à Langogne, j’ai dormi en-dehors de la ville, aux Crémades à Brugeyrolles, un agréable gîte fait pour les marcheurs, surtout ceux du GR70. Super ambiance, super accueil !
Liens utiles : le premier site à visiter est le site officiel du GR©470 où vous pourrez télécharger les rando-fiches (voir ci-dessus), les traces GPX ainsi que l’application mobile. Maintenant que vous êtes en Lozère, un coup d’oeil au site de Lozère Tourisme s’impose. Sur la Bête du Gévaudan, je vous renvoie vers un site plutôt complet et qui explore plusieurs pistes. Mieux vaut entendre tous les sons de cloche que de privilégier une thèse, aussi argumentée soit-elle. Ca se passe sur www.labetedugevaudan.com. Enfin pour retrouver Anne et ses ânes, rendez-vous sur son site Avec un Ane.
Bibliographie : La Lozère… à pied | C’est la 4ème édition du topo-guide officiel édité par la Fédération Française de Randonnée Pédestre. 46 itinéraires de Promenade & Randonnée y sont recensés si vous souhaitez aller plus loin dans votre découverte de ce territoire, accompagnés de leurs cartes et de leurs explications. Prix indicatif : 14,50 € | Ref.D048 (indisponible au moment de l’écriture de cet article)

EN BREF

Moins spectaculaire que les Gorges de l’Allier, la Margeride invite surtout le randonneur a plonger dans son intimité. La ruralité domine la marche et la nature rude du territoire se devine derrière chaque pierre et chaque vallon. Le final au lac de Naussac vient subitement sortir le randonneur de ce songe incroyablement authentique au pays de la Bête du Gévaudan.

by-nc-ndCe reportage Carnets de Rando, sous licence Creative Commons, est la propriété exclusive de Carnets de Rando. Son usage à des fins non commerciales est autorisé à condition de mentionner son appartenance au site www.carnetsderando.net. Pour toute autre utilisation, merci de me contacter.

Comments

  1. Très intéressé par ce nouveau GR, je pense en faire une partie en juin 2017 depuis Langeac (gare) jusqu’à Chapeauroux (gare également). Si je dispose d’un peu plus de temps, j’irais bien jusqu’à Langogne sans devoir reprendre le « Stevenson » que je connais déjà. J’ai appris l’existence d’un ancien GR (GR 412 marqué encore sur les cartes) qui pourrait me convenir pour rattraper le Tour de la Margeride à proximité du lac de Naussac. A votre avis, cet itinéraire est-il encore possible avec un GPS de randonnée, malgré un chemin surement peu (ou plus) emprunté ?
    Merci de votre retour
    Cordialement
    PR

Laisser un commentaire

This Blog will give regular Commentators DoFollow Status. Implemented from IT Blögg