10 fausses idées sur la randonnée à raquettes

randonnée montagne hiver raquettes

Vous aimerez aussi...

24 réponses

  1. martin dit :

    …. salut
    très bien résumé , cette activité.
    sympa ces gens…. qui prennent sur leur temps, pour faire decouvrir une discipline sportive , ou loisir.
    du coup je vais sortir mes raquettes cet aprem ….. je suis côté Auvergne, je vais choisir le haut Cezallier….
    je vous ferai bien passer des photos … mais comment ?
    salutations . jpm

  2. Hue dit :

    On dit plus ARVA mais DVA. Moi je préfère le monobrin pour les bâtons. Et comme raquettes le système Step-in de TSL.

  3. grunenwald denise dit :

    La raquette c’est genial et prendre les skis de fond avec juste un delire dans la neige, tres bien vos eplications

  4. Mau dit :

    Bonjour et compliments pour ces articles.
    Une question: en descente et particulièrement en descente raide (dans les 30°, 35°), j’ai toujours préconisé d’attacher les raquettes. Nous étions, il y a quelques années, dans une rando très raide et avec un indigène qui, lui, s’y refusait. Nous sommes tous tombés et impossible de se relever, tout seul. Il y avait un peu moins d’un mètre de poudreuse. Finalement, nous les avons attachées et ne sommes plus tombés.
    Quechua a sorti des raquettes qu’il était impossible d’attacher et un vendeur de chez eux me disait qu’il ne les attachait jamais.
    Qu’en penses tu ?

    • carnetsderando dit :

      Voilà un débat qui fait rage depuis des années dans le petit univers confidentiel de la raquette. Alors voici mon avis : dans la pente raide et poudreuse, pour moi, pas d’hésitation : j’attache ! Pourquoi ? Parce qu’on est davantage dans de la « glisse » que de la rando. Du coup j’ai tendance à presque davantage skier avec les raquettes qu’à marcher. De plus le poids de la poudreuse sur la raquette en descente est plus facile à soulever quand elle est ainsi attachée. Le poids du marcheur porte davantage sur le tamis et puis la neige botte moins entre la semelle et la raquette. Tous – ou presque – les accompagnateurs en montagne te diront qu’ils attachent leurs raquettes dans ce genre de descente. En revanche, sur un terrain non poudreux, je ne les attache pas. Car là, c’est l’effet inverse : ça glisse trop ! Descendre en raquettes dans la poudreuse, c’est un peu comme dans un pierrier de petits cailloux l’été : faut prendre confiance et se lâcher et, ensuite, ça va tout seul ! Quant au vendeur de Quechua… ils ont toujours réponse à tout et ont tout fait dès qu’il s’agit de vendre ! 🙂

      • pedibus dit :

        Hello David,
        Pour compléter le sujet, je rajouterai les cas suivants où on attache les raquettes :
        – Dans une neige qui « botte » à la descente, attacher les raquettes permet d’éviter qu’un sabot ne se forme entre la plaque et la raquette.
        Deux cas plus extrèmes :
        – Dans des traversées raides où on est obligé de faire marche arrière, le fait d’attacher les raquettes permet d’éviter qu’elles ne se plantent et ainsi provoquer une chute.
        – Dans les sauts périlleux en raquettes (peu pratiqués), la raquette arrive ouverte au sol, avec de grands risques de la casser en deux. L’attache permet de la garder dans la bonne position.
        Qui a dit que la raquette était une activité pour le troisième age ?

        En résumé, il est excessivement rare que l’on attache les raquettes, car si c’est très esthétique à la descente de descendre dans un nuage de neige, on a rapidement les fesses trempées.
        Bonnes raquettes… Lionel

        • carnetsderando dit :

          L’avis de l’expert ! Merci de ce complément avisé et richement expliqué Lionel ! Je pense qu’on frôle l’exhaustivité désormais ! J’espère que les gens arriveront à se faire désormais une idée plus précise de l’activité. Au plaisir de te recroiser prochainement et bon début de saison 😉

          • Joelle dit :

            Bonjour
            Qu’entendez-vous par attacher la raquette ?
            J’ai des symbioz hiker que je vais tester cet hiver.

  5. boris dit :

    dans le #10 j’écrirais: disposer CHACUN d’un DVA dont on sait se servir.

    • carnetsderando dit :

      salut Boris ! Mais c’est mentionné ! « Sur des terrains montagne qui se confondent parfois avec ceux des skieurs de randonnée, disposer d’un ARVA (Appareil de Recherche de Victimes d’Avalanche) est totalement recommandé. Et savoir s’en servir correctement aussi, évidemment. » Bon je sais je suis encore à l’heure de l’ARVA alors que maintenant on dit DVA. Mais je vois votre nuance et je saisis pourquoi vous écrivez cela : c’était pour établir plus clairement que le port d’un DVA ne se limite évidemment pas à une seule personne du groupe mais bien à chacune. Une observation avisée 😉

  6. Christophe dit :

    Merci pour cet article.
    Quel type de chaussures doit on porter avec des raquettes ? ( simple tennis ? tennis en gore tex pour rester au sec ? )
    et question bonus : Peut on ( ou doit on ) porter des boots de snowboard sur des raquettes ( l’idée derrière cette question est … peut on monter un col en raquettes avec snow dans le dos et descendre en snow )
    Par avance, merci

    • carnetsderando dit :

      salut Christophe !

      Voilà une question qui taraude beaucoup de pratiquants et de personnes désirant s’initier aux raquettes à neige. D’une manière générale les chaussures devront êtres un tant soit peu rigides et hautes pour bien maintenir la cheville et un minimum imperméables pour garder le pied au sec et éviter les coups de froid et les orteils gelés (horrible cette sensation !). Ca, c’est pour la généralité. Ensuite tout dépend de la fréquence de la pratique et de la nature du terrain. Pour une pratique occasionnelle et par beau temps, sur des itinéraires bien tracés, on peut se permettre quelques écarts en matière de chaussure (la location peut s’avérer une solution intéressante). Mais dès lors qu’on souhaite pratiquer régulièrement, il vaut mieux commencer à s’équiper correctement. Les tennis c’est bof. Même Gore-Tex. Une chaussure mid à la rigueur, qu’on complètera avec des guêtres pour éviter à la neige de rentrer. Les boots de snow ça passe sur des fixations à sangle mais c’est d’un inconfort exemplaire ! Trop large pour bien s’insérer dans le manchon avant de la raquette et, selon le modèle, trop mou en terme de rigidité. De quoi bricoler quand on a rien d’autre sous la main mais pas très recommandable cependant. Le top ce sont des chaussures hautes, doublées à l’intérieur, 100% imperméables. Cet hiver je vais tester la Merrell Fraxion 6. Mais il y a des modèles excellents aussi chez Sorel. Regarde ce lien par exemple.

      • Christophe dit :

        merci pour cette réponse précise et détaillée 🙂

      • Joelle dit :

        Et pour une raquette souple comme la symbioz hiker , que conseillez vous ?
        En fait je fais de la rando moyenne et haute montagne l’été et l’hiver et je voudrais de nouvelles chaussures qui puissent le servir à la fois l’été et l’hiver à raquettes ….
        J’hésite entre la Lowa Mauria gtx et la Sportiva Trango S Evo Gtx -plus rigide

        • carnetsderando dit :

          Bonjour Joelle,

          Je pense qu’un minimum de souplesse est nécessaire pour la randonnée à raquette. Trop de rigidité nuira au déroulé du pied. Je pencherai davantage pour la Lowa, ne serait-ce que par rapport à la confiance que je fais à la marque. Une chaussure avec une tige assez haute donc, imperméable avec une semelle intermédiaire pas trop rigide mais pas non plus trop molle. Le choix du modèle dépendra surtout ensuite du volume chaussant qui devra correspondre à votre forme de pied.

  7. Francine dit :

    ARVA ou DVA + pelle+ sonde ! Sinon ça ne sert à rien !

    • carnetsderando dit :

      Et, ainsi qu’il est ajouté, maîtrise du mode d’emploi de l’ensemble. Merci Francine d’insister sur cette règle capitale de sécurité !

  8. Pierre dit :

    Je m’apprête à faire mes premiers pas en raquettes cette fin de semaine et je vous remercie pour cet article fort intéressant. Cependant J’aurais bien voulu savoir ce que veut dire « attacher ces raquettes » exactement.

    • carnetsderando dit :

      salut Pierre ! Alors ce qu’il faut savoir c’est que pour marcher en raquettes, votre pied est « libre », de manière à conserver l’effet de déroulé naturel de celui-ci. Une position qu’on conserve quasiment en permanence à quelques exceptions près où, parfois, on vient « bloquer » le pied à la raquettes car la position « détachée » n’est pas la plus adaptée à la situation. Pour vos premiers pas, je vous invite à rester en mode « pied libre » ! Bonnes randos !

  9. Très intéressant cet article.
    J’ai de plus en plus de délaisser les skis pour partir randonner en raquettes alors ça va beaucoup m’aider !

    • carnetsderando dit :

      salut Camille,

      Ski vs Raquettes. Deux univers distincts, deux sensations opposées. D’un côté la vitesse, grisante. De l’autre, la contemplation et l’immersion au rythme de la nature. C’est bien de pratiquer les deux pour mesurer les avantages respectifs de ces deux activités. Ravi que mon sujet puisse t’aider pour découvrir les raquettes en profondeur !

  10. David Vallée d'Aure H.P dit :

    Bonjour,

    J’ai pour ma part des raquettes en aluminium tubulaires TSL (compter 250 euros), que j’ai changé dernièrement (10 ans….), pour les bâtons je vais investir cet hiver 2016/2017 cause les bâtons pas chers cassent trop vite et ne sont pas fiables.
    Je vais essentiellement sur la Vallée d’Aure/Louron/Secteur Bagnères de Bigorre (65) et Luchonnais (31), spots que je connais très bien Mais suis parti aussi dans les Alpes du Sud (Puy saint Vincent/Ceillac/Névache/Crevoux).
    Les raquettes permettent d’être en petit comité ou seul pour ma part et une immersion complète dans la nature l’hiver (dépaysement donc) et c’est surtout sacrément sportif (pour ma part je recherche le dénivellé et je pars à la journée).
    Quand je ne peux plus marcher sur mes pics, j’ai hâte de remettre raquettes aux pieds dès les premières chutes de neige mais attention je me suis déjà fais quelques grosses frayeurs (chutes/engelures/manques de vivres/fatigue) on va dire que c’est le jeu de l’expérience à gagner et des erreurs à ne plus commettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This Blog will give regular Commentators DoFollow Status. Implemented from IT Blögg