5 boucles faciles et méconnues pour randonner dans la Nièvre autrement

Généralement, quand on vient randonner dans la Nièvre, c’est pour explorer le Morvan. Le Morvan, c’est la grosse vitrine du territoire et un formidable terrain de jeu pour la randonnée. Le département ne se cantonne pourtant pas à son seul massif. J’ai déjà d’ailleurs eu l’occasion d’explorer d’autres parties de ce morceau de Bourgogne pour Carnets de Rando. Dans cette nouvelle sélection je vais encore plus loin en braquant l’attention sur des lieux carrément méconnus ou ignorés du grand public. Leur dénominateur commun ? Une accessibilité au plus grand nombre et le fait qu’ils s’accompagnent de la visite d’un élément de patrimoine, d’un site ou d’un village qui vient en renforcer l’intérêt initial. Du nord au sud, du Morvan à la Loire, voici 5 randonnées faciles à moyennes pour partir à la découverte d’une Nièvre secrète.

PRÉAMBULE : VENIR RANDONNER DANS LA NIÈVRE

À deux heures en train de Paris, avec un pied dans la Loire et un autre dans le Morvan, l’accès à la Nièvre, intégrée à la région Bourgogne-Franche-Comté, se fait communément par la route et le nord – Loiret et Yonne – grâce à deux autoroutes, l’A7 et l’A6, qui desservent, pour la première, toute la façade ouest jusqu’à Nevers ou le nord du Morvan pour la seconde, via Avallon.

Les axes secondaires principaux sont : la N151 entre La Charité-sur-Loire et Clamecy – desserte du nord du département depuis Nevers – la D978 entre Nevers et Autun, via Château-Chinon – desserte du centre du département et du centre Morvan – et la D981 entre Nevers et Luzy – desserte du sud du département. Il existe par ailleurs dix lignes de bus, gérées par Mobigo, qui permettent également de sillonner le département. Mais, attention toutefois, ce pourra être compliqué de rejoindre ensuite le départ des randonnées sans voiture.

1 – LE TOUR DES GRANDS BUISSONS : POUR LES ÂMES D’ARTISTES

Si vous pensez que la dynamique d’une commune se mesure à l’aune du nombre de ses habitants, vous avez tout faux ! Nannay, à une quinzaine de kilomètres de La Charité-sur-Loire, où j’avais déjà précédemment été découvrir les bords de Loire, en est une brillante démonstration. Emmenée par Bernard Seutin, son dynamique maire, la bourgade de seulement 120 habitants, groupée au bord de la nationale reliant Bourges à Auxerre, s’enorgueillit depuis des années de bien des atouts.

« L’idée c’est de mêler l’art contemporain à la forêt et aussi à la vigne afin de faire découvrir la région autour de ces trois éléments. »

Bernard Seutin, Maire de Nannay

Un ciné-club de 63 places confortable et très prisé, un festival artistique et culturel multi-disciplinaire – les Conviviales – mais aussi un parcours d’art contemporain disséminé dans la nature, au fil d’une boucle de randonnée qui, soulevant le voile d’une campagne douce et sans histoire, découvre en fin de compte un univers bouillonnant de vie et de culture. Qui a dit qu’on s’ennuyait quand on vivait loin des villes ?

Randonner dans la Nièvre
Passage devant la drôle de sculpture de l’Enfumoir

Art en Campagne. C’est ainsi qu’a également été baptisée cette agréable balade de 5 kilomètres qui, de Nannay, s’échappe par le coteau boisé des Grands Buissons – partie méridionale du Bois des Garennes – avant de revenir à travers les paysages arrondis et champêtres du val de Sillondre, décor des vignes où mûrit le raisin du futur Côtes de la Charité. Une bouffée d’oxygène, à parcourir sans hâte, pour y savourer la douceur de vivre à Nannay.

Ce Tour des Grands Buissons constitue assurément une boucle atypique et en tout point attachante quand on cherche à randonner dans la Nièvre différemment

Mais aussi découvrir, à intervalles régulières, les œuvres insolites des artistes ayant fait les beaux jours, depuis près de 20 ans, du festival des Conviviales. Styles, techniques, matériaux : tout se renouvelle au fil de ces quelques trente créations qui, jalonnant la randonnée, amusent et questionnent tout à la fois. Une petite préférence personnelle pour « l’Homme à la Traîne« , de Fiona Paterson, exposé devant la mairie, qui exprime à la perfection le poids de l’enchaînement de l’homme au matérialisme.

Départ/Arrivée : Nannay
Accès : en voiture, 35 mn depuis Nevers. Suivre au nord l’A77 direction Paris. Sortir à La Charité-sur-Loire puis, par la N151, suivre la direction Clamecy, Avallon et Auxerre. Nannay est situé à une quinzaine de kilomètres de La Charité, sur cette N151. Stationnement au niveau de l’église et/ou de la mairie.
Difficulté : facile | Distance : 5 km | Dénivelé : 70 m | Durée : 1h15 | Chiens admis : oui | Carte : IGN TOP 25 1/25000è 2523SB – La Charité-sur-Loire, Suilly-la-Tour
Pour en faire plus : on peut profiter d’une boucle plus longue (en pointillés rouges ci-dessous) en poursuivant par le chemin de la Nocé, au-delà de la rue des Chailloux, pour sortir au niveau de la croix du Pressour. Monter ensuite à gauche vers le Bois des Garennes en suivant soit la ligne de Châteauneuf, soit celle des Nonciades, pour rejoindre le Grand Rond. De là emprunter la ligne de Malvoisine ou de Nannay pour récupérer le parcours d’art au niveau des Grands Buissons.
Lien utile : rendez-vous sur le site de la commune de Nannay pour toutes les infos sur le ciné-club et le festival des Conviviales ! Également sur le site de l’Office de Tourisme de La Charité-sur-Loire pour découvrir l’identité générale d’un territoire riche en surprises quand on vient randonner dans la Nièvre.

2 – LA BALADE DES CHÂTEAUX : POUR LES POÈTES ET LES PEINTRES

En remontant depuis la Charité-sur-Loire en direction de Clamecy, il peut être judicieux de faire un crochet par Arthel. Déposé dans le pli formé par deux belles collines, ce petit village, essentiellement composé de demeures anciennes et de petites ruelles fleuries, paraît surgi d’une poésie. Il y a quelque chose de profondément artistique et d’élégant à Arthel. Il y flotte une atmosphère apaisée, comme si la course folle du monde s’y était arrêtée.

Le potentiel de ce village, classé parmi les sites remarquables, m’apparaît immédiatement pour une journée détente où la randonnée se fait balade et le regard plus touristique.

Sans doute la présence d’un plan d’eau où se reflète le ciel et la ligne sombre des feuillus y faisant la ronde n’y est pas étrangère ? Et, si vous êtes là à l’automne, vous pourrez voir ce décor s’embraser sous la lumière rasante du soleil sprintant vers le solstice d’hiver. Pour couronner le tout, pas moins de deux châteaux veillent sur le calme de ce petit bourg de moins de cent habitants, complétant le décor déjà très qualitatif d’une toute petite randonnée autour de ce patrimoine nivernais préservé.

Arthel sous les feux de l’automne (crédit photo : Roselyne Paquet)

J’y suis venu un jour de pluie. On ne choisit pas toujours dans mon métier. Des conditions immensément frustrantes tant ce petit tour de trois kilomètres dans l’intimité d’Arthel est rempli de promesses, de cadres paysagers attirants et de petit patrimoine vernaculaire. Malgré la météo chagrin, je maintiens mon passage au château d’Arthel où m’accueillent les propriétaires Guillaume et Chantal de Brondeau.

Arthel c’est une pépite, une concentration assez incroyable de lieux d’intérêt empaquetés dans un mouchoir de poche et plantés dans le cadre chantant d’une nature intacte. Une petite bulle à percer sans la moindre hésitation.

Bâti autour d’un jardin à la française, sur un promontoire dominant l’étang, ce château de villégiature moderne datant du 18ème siècle, est amoureusement entretenu par mes hôtes qui ont a cœur d’en partager l’histoire. Une visite qui vaut autant pour la rencontre que pour le lieu. Randonner dans la Nièvre, c’est en effet tout autant marcher qu’aller à la rencontre du patrimoine.

Entre deux averses, balade dans les jardins du château d’Arthel

Départ/Arrivée : Arthel
Accès : depuis Nevers, en voiture, suivre au nord-ouest la D977 direction Clamecy et Auxerre. Quelques kilomètres après Giry, suivre à droite la D102 et la direction Arthel. Stationnement au niveau de la mairie.
Difficulté : facile | Distance : 3 km | Dénivelé : <50m | Durée : 1h | Chiens admis : oui | Carte : IGN TOP 25 1/25000è 2623SB – Prémery, Brinon-sur-Beuvron
Pour en faire plus : à seulement 2,5 km par la route d’Arthel se trouve le village de Montenoison et sa butte à la notoriété certaine où se hissent plusieurs milliers de visiteurs venus, mais pas que, randonner dans la Nièvre. L’occasion d’opérer une boucle aimablement sportive de 9,5 km et de 3h30 qui vous offrira de belles ouvertures sur les collines nivernaises et les monts du Morvan. Balisage jaune et départ au pied de la butte ! Cet itinéraire est décrit dans le topo-guide « la Nièvre… à pied », compagnon de route plutôt utile pour randonner dans la Nièvre.
Topo : la trace GPX de l’itinéraire est disponible en suivant ce lien.
Lien utile : le château d’Arthel est inscrit à l’association Parcs et Jardins Remarquables de Bourgogne. Il est ouvert au public entre le 1er juillet et le 1er septembre, tous les jours – sauf samedi/dimanche – de 9h à 12h puis de 14h à 17h (visite libre) ou le dimanche de 14h à 17h en visite guidée avec les propriétaires. Pour le visiter, contacter Guillaume ou Chantal de Brondeau par téléphone au 03.86.60.14.31 ou par mail : ch_de_brondeau@hotmail.com. À noter qu’il est exceptionnellement ouvert le dimanche pendant les Journées du Patrimoine.

3 – LA BOUCLE DE BAZOCHES : POUR LES FANS DE VAUBAN

Au nord-ouest du département, affleurant au Morvan et à deux pas de l’Yonne, le petit village de Bazoches respire paisiblement en accueillant ses visiteurs sur le chemin de Vézelay. On y fait généralement la halte pour son château. Pas n’importe lequel : celui de Vauban. J’y reviendrai. On peut également, si on est randonneur, en profiter pour coupler cette indispensable visite à un circuit modulable qui en explore les alentours.

On s’aère au grand air du piémont Morvandeau en savourant la quiétude d’un lieu que le plus grand ingénieur de Louis XIV avait, non sans raison, choisi comme retraite.

En dix kilomètres, la boucle de Bazoches – ou plutôt les boucles – fait le tour du propriétaire à travers des sous-bois où l’avifaune joue des concerts à guichets fermés, où le printemps explose en myriades de fleurs qui colorent l’arrondi des champs ou encore où de petites chapelles méditent, dans un silence sacré, face au grand sillon tracé par le ruisseau des Prés de la Queudre. L’ambiance ici est champêtre et la marche guillerette.

Sur les chemins autour de Bazoches.

Ne nous mentons pas : on ne vient pas à Bazoches spécialement pour faire de la randonnée mais, en revanche, il serait regrettable de ne pas profiter de cette nature généreuse avant ou après la visite, indispensable, du château. Vauban en devient propriétaire en 1675 et, fidèle à lui-même, le transforme en garnison à l’architecture trapézoïdale flanquée de quatre belles tourelles.

L’endroit est grandiose et lumineux, se voulant le reflet le plus soigneux possible du cadre de vie de ce grand stratège qui y a écrit et dessiné les plans de plus de trois cents ouvrages et places fortes laissés en héritage à travers la France près d’un demi siècle plus tard.

C’est une visite passionnante à travers un bien demeuré dans le giron familial : les propriétaires du château de Bazoches n’étant, ni plus ni moins, que les descendants de Charlotte de Vauban, la fille aînée du Maréchal. Un lieu, à la reconstitution soignée, qui vous laissera une forte impression. Un vrai temps fort dans un séjour choisi aussi pour randonner dans la Nièvre.

Départ/Arrivée : Bazoches
Accès : en voiture, depuis Nevers, compter 1h15. Suivre la direction d’Autun, par D978, puis la D958 plus tard à gauche, direction Vézelay. Plus rapide depuis Avallon : 25mn. Parking au niveau du bureau de poste.
Difficulté : moyen | Distance : 10 km | Dénivelé : 460 m | Durée : 3h30 | Chiens admis : oui (sauf château) | Carte : IGN TOP 25 1/25000è 2722ET – Avallon, Vézelay, PNR du Morvan
Pour en faire moins : l’itinéraire complet formant un huit autour de Bazoches, il est possible de ne faire qu’une seule des boucles du huit. Soit celle vers la chapelle Saint-Roch, avec des paysages un peu plus ouverts, soit celle dans le Bois de Bazoches, intégralement en sous-bois.
Topo : la fiche-circuit, au format PDF, de ce parcours pour randonner dans la Nièvre est en lien ici et vous pouvez récupérer la trace GPX à cet endroit
Infos pratiques : le château de Bazoches est ouvert de début février à fin décembre. Comptez une heure à une heure trente pour la visite libre. Le prix d’entrée pour un adulte est de 9,50 euros. Informations sur le site du Château de Bazoches.
Lien utile : Bazoches fait partie du territoire plus large du Morvan Sommets & Grands Lacs, l’un des grands paradis pour venir randonner dans la Nièvre. Pour le découvrir plus largement, voici le lien vers le site de l’Office de Tourisme.

4 – LE CHEMIN DES DOMAINES ET CHÂTEAUX : POUR LES FLÂNEURS

À quelques quinze kilomètres au sud de Nevers, là où l’Allier courbe la frontière de la Nièvre avec le département éponyme et le Cher, Saint-Parize-le-Châtel coule des jours paisibles dans le décor champêtre du sud nivernais. À l’instar de Bazoches précédemment, on n’y vient pas spécifiquement pour randonner mais la présence d’itinéraires balisés garantit une découverte, à pied, des coulisses d’un territoire très largement méconnu du grand public.

On vient d’habitude à Saint-Parize plus le circuit automobile de Magny-Cours, tout proche, dont le bruit rugissant des moteurs contraste avec le chant insouciant des oiseaux sur les chemins.

C’est avec beaucoup de curiosité que j’ai donc parcouru ce bout de campagne avec Stéphane et Léa, un jour où la randonnée s’est doublée d’un jeu du chat et de la souris avec les averses d’un printemps précoce. J’avais alors été séduit par ces chemins de traverses tracés parmi ces grands espaces cultivés et balayés par le vent. Une expérience insolite à tout bout… de champ !

La partie centrale de la boucle, malheureusement, disperse ensuite la magie sur les bas-côtés d’une route assez interminable. Une section mineure dont le seul intérêt est de desservir le château de la Chasseigne, malheureusement privé et interdit à la visite après de trop nombreuses intrusions d’amateurs d’urbex. Frustrant. On accueille donc le retour d’un vrai chemin avec soulagement une fois définitivement quittée la départementale qui, seule, autorise une vue lointaine sur cette demeure à l’indéniable cachet. Double frustration.

De beaux espaces, propices à l’immersion. Dommage juste que la prééminence du bitume tende à émousser le plaisir de naviguer dans ce grand océan champêtre du sud de Nevers.

Entre deux épaisses rangées d’arbres derrière lesquelles s’étendent un champ de colza ici, une étendue de blé là, la nature, gorgée d’humidité, est généreuse. Quelques vaches intriguées accompagnent parfois du regard notre marche soutenue sur cette section assez rectiligne mais cependant bien immergée dans la campagne nivernaise. Rien de majeur, me direz-vous peut-être ? Certes, mais randonner dans la Nièvre c’est aussi s’adonner au plaisir curieux de découvrir d’autres facettes du territoire rarement mises en avant. À consommer après un bon repas ou un passage à Magny Cours !

Départ/Arrivée : Saint-Parize-Le-Châtel.
Accès : en voiture, 20mn depuis Nevers, par la N7 jusqu’à Magny-Cours, au sud, puis la D58.
Difficulté : moyen | Distance : 15 km | Dénivelé : 100m | Durée : 3h45 | Chiens admis : oui | Carte : IGN TOP 25 1/25000è 2525SB – La Guerche-sur-l’Aubois, Sancoins, Magny-Cours
Pour en faire moins : le château de la Chasseigne étant inaccessible, je ne trouve pas utile d’opérer cette – trop – longue boucle où la part de bitume cumulée occupe plus de 8 kilomètres, soit plus de la moitié de la totalité de l’itinéraire (dont six d’une traite à la sortie de Chéron, rude). Je vous propose de la réduire à 3,5 km au total en procédant de la sorte : la partie très immersive court entre Saint-Parize et Chéron. Aller donc jusqu’à là-bas puis, à la sortie de Chéron, suivre la D203 à droite sur 1,5 km. Au croisement, au niveau d’une petite mare à droite, tourner à droite et suivre la petite route qui passe entre les fermes. Continuer tout droit et retrouver le chemin de l’aller : le suivre en sens inverse jusqu’à l’intersection. Repartir complètement à gauche par le chemin puis, au carrefour suivant, par le chemin à droite sous les arbustes. Rejoindre et traverser la D203 et poursuivre par le chemin en face. Atteindre des habitations et une petite route. Continuer en face par la rue des Sources et atteindre la D133. La suivre à droite sur 200m et tourner à gauche par le chemin de la Faveroche. À la patte d’oie suivante, continuer sur ce chemin à gauche. Le suivre intégralement jusqu’à rejoindre l’itinéraire classique. Tourner alors à droite pour rentrer sur Saint-Parize-le-Chatel.
À voir également : parce que randonner dans la Nièvre ce n’est pas que marcher, prévoyez un passage par le château de Villars, ce bel édifice du 15ème siècle ayant appartenu au Comte de Nevers et demeuré dans le giron familial depuis 425 ans et 11 générations. Sa restauration et son animation autour d’événements festifs et culturels a été confié à une association de passionnés : la Guilde. Il se visite toute l’année mais sur rendez-vous. Infos : 06.27.95.74.63 ou formulaire de contact sur le site officiel du château. Dans un autre registre, pour les amateur/rices de cylindres et d’adrénaline, je vous mets également le lien vers le site officiel du circuit de Magny-Cours pour y retrouver les prestations pilotages ou le calendrier des événements sportifs.
Lien utile : pour faire connaissance avec le territoire, vous pouvez également consulter le site de l’Office de Tourisme de Saint-Pierre Magny-Cours.

5 – LA PERLE DU MORVAN : POUR LES AMOUREUX DE LA CAMPAGNE

Qui dit « bains » dit thermalisme. Et qui dit thermalisme, dit faste et élégance. Et même si celle-ci peut parfois prendre une teinte un peu passée, Saint-Honoré-les-Bains n’en demeure pas moins une station que la richesse de l’eau a autorisé à s’embellir avec une certaine flamboyance commune aux villes thermales. Villas élégantes, parcs verdoyants, thermes colossaux : une fierté assumée anime les rues et les avenues de Saint-Honoré.

Aux portes du Parc Naturel Régional du Morvan, Saint-Honoré-les-Bains invite également le visiteur à partir à la découverte de sa nature charmeuse et de ses panoramas fréquents.

Ce n’est donc pas pour une cure que je m’y suis rendu l’an passé mais bien pour randonner au fil d’un bel itinéraire de 11 kilomètres qui m’a promené, toujours avec Stéphane et Léa, sur des sections de sentier enthousiasmantes permettant l’exploration exhaustive de toute la partie orientale de la commune : c’est la plus intéressante, car naviguant en milieu généreusement ouvert, a contrario des flancs sud et ouest de la station thermale, entièrement recouvertes par les Bois de Morillon et Mousseau.

De beaux segments de sentiers à parcourir entre Saint-Honoré et Préporché

Un premier très beau segment part à l’assaut des collines, naviguant dans un grand vert ondulant en direction du joli petit bourg de Préporché, coiffé d’une église remarquable au style roman affirmé. Creusée entre deux haies, la trace claire du chemin épouse en douceur les courbes du paysage. Au printemps les nuances de vert éclatantes d’une végétation touffue oscillent sous l’effet de la brise. Un bel univers de collines et de fermes révélant, sur ses hauteurs, des belvédères immenses vers l’horizon révélé du Morvan proprement dit.

Avec ses reliefs marqués, sans être agressifs, le pays de Saint-Honoré offre un bain de campagne authentique au promeneur. Randonner dans la Nièvre agit ici comme une déconnexion.

L’altitude, modeste, n’en génère pas moins de la satisfaction, tout autant que la profonde harmonie dégagée par ces paysages travaillés avec soin par l’homme. Ici l’agriculture sait se faire belle et le réseau de chemin, intelligent, s’y faufile adroitement pour permettre au randonneur d’assister, sans gêner, au travail des gens de la terre qui, de longue date, façonnent le territoire tel qu’il nous apparaît ici. Le retour et la descente, depuis Montgaudon jusqu’à Tussy, reste constant dans ce bel équilibre. Une boucle qui enthousiasme.

Départ/Arrivée : Saint-Honoré-les-Bains
Accès : situé à l’est de Nevers et à une heure de route de la grande ville de la Nièvre, Saint-Honoré s’atteint en voiture en suivant la D978 direction Autun, puis, après avoir dépassé Billy-Chevannes, prendre à droite la direction Frasnay-Reugny pour rejoindre la D34. La suivre à droite jusqu’à Anlezy. De là prendre à gauche la D18 direction Moulins-Engilbert, puis, un peu avant Moulins, tourner à droite direction Saint-Honoré par la D85. Départ au niveau du parking de la mairie.
Difficulté : moyen | Distance : 9 km | Dénivelé : 140 m | Durée : 2h15 | Chiens admis : oui | Carte : IGN TOP 25 1/25000è 2725SB – Moulins-Engilbert, Cercy-la-Tour
Fiche rando : une fiche rando, pratique pour randonner dans la Nièvre et éditée par la FFRandonnée et l’Office de Tourisme Bazois Loire Morvan est téléchargeable ici.
À faire également : si le patrimoine et l’histoire vous interrogent – un intérêt certain quand on vient randonner dans la Nièvre – il est possible de partir à la découverte de ceux de Saint-Honoré équipé d’une tablette numérique prêtée par l’Office de Tourisme (ou de votre smartphone) autour de deux itinéraires d’une durée totale de 3h à 3h30. On avait également été flâner autour de l’Étang des Sources, lieu de détente nature plébiscité par les locaux à la sortie ouest de la commune, à proximité du camping des Bains. On avait eu la surprise d’y trouver un labyrinthe végétal amusant et plus retors qu’on n’aurait cru initialement en nous y aventurant ! Idéal avec les enfants.
Lien utile : pour découvrir plus largement le territoire, rendez-vous sur le site de l’Office de Tourisme Bazois Loire Morvan.

Remarque : les informations données dans cet article engagent uniquement la responsabilité de l’utilisateur/rice sur le terrain qui saura les adapter à son niveau et à son expérience. Carnets de Rando ne saurait être tenu responsable de tout accident survenant suite à un mauvais usage de cet article ou à une mauvaise appréciation du niveau du/de la pratiquant(e) par rapport à celui requis. Je ne suis par ailleurs pas en possession des traces GPX de ces itinéraires : j’ai toutefois indiqué dans l’article où les trouver, quand cela est possible.
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.